Denver autorise les premiers « cannabis cafés » des USA

Denver weed-bar

La ville de Denver au Colorado a approuvé pour la première fois aux Etats-Unis la consommation de cannabis dans les lieux publics (bars, restaurants, salles de concerts, galeries d’art, cours de yoga, etc…). Si, la ville ne manque pas de dispensaires et de clients, une question restait en suspens : où met-on les fumeurs de cannabis?

Expérimenter et s’adaptater

Apres bientôt 3 ans d’expérience de légalisation totale du cannabis, le Colorado adapte sa législation année après année pour satisfaire les non-fumeurs et les consommateurs d’herbe. Pour le moment, les aspects buisness et sanitaires s’enclenchent à merveille. Denver croule sous l’afflux de touriste mais ne sait pas où les mettre . Si les dispensaires peuvent vendre quantité d’herbe à la journée, les consommateurs doivent rentrer chez eux pour fumer légalement. Les hôtels et chambre d’hôtels sont également non-fumeurs.

A partir de ce constat, les autorités ont proposé une circulaire aux habitants en même temps que l’élection présidentielle. Le « Neighborhood-Supported-Cannabis-Comsumption- Pilot-Program » (NSCCPP) a finalement été approuvé à 53 %. Les résultats étaient si serrés que le recompte des voix s’est prolongé toute la semaine.

Les fumeurs pourront consommer leur cannabis dans des lieux dédiés à cet usage. Pour qu’un « bar à weed » soit autorisé et puisse accueillir des fumeurs, il devra recevoir l’approbation des habitants du quartier. Les clients devront amener leur propre cannabis et pourront le consommer sur le lieu tant qu’il n’est pas fumé. Des zones fumeurs extérieures pourront alors être mises en place. On est encore loin des coffeeshops d’Amsterdam.

Le promoteur de la circulaire NSCCPP, Kayvan S.T. Khalatbari déclare que cette mesure pourrait « donner une dimension sociale à l’usage de cannabis dans la ville ». « C’est une victoire pour les consommateurs de cannabis qui , comme les consommateurs d’alcool, souhaitent juste passer un bon moment dans un contexte social. »

Cependant cette autorisation énerve les « anti-pots » qui s’inquiètent des mélanges entre l’alcool et le cannabis. Ils avancent également le mauvais exemple qu’une consommation dans les lieux publics pourrait amener chez les plus jeunes. Le gouvernement local préfère, lui, proposer des lieux de consommation autorisée plutôt que de voir les gens consommer dans la rue.

A quoi vont ressembler ces bars ?

La révolution de l’annonce est toutefois limitée. Voici en quelques points les points importants de cette mesure.

  • Les clients du bar pourront consommer du cannabis, même si le bar vend des boissons alcoolisées. Cependant, le fumeur ne pourra pas allumer son joint en plein milieu du bar. Il devra pour cela se rendre sur la terrasse ou le lieu dédié à cet usage. En revanche, le cannabis dans un vaporisateur ou en edidble est autorisé à l’intérieur.
  • Le  consommateur doit ramener de l’herbe achetée ailleurs dans la journée. Le cannabis café n’aura pas le droit de vendre du cannabis car la réglementation interdit qu’un lieu distribue de l’herbe et de l’alcool.
  • Les couples consommateurs d’herbe pourront également vaporiser leurs cannabis lors de dîner galant au restaurant (ou pour toute autre occasion 😉 )

Certains restaurant et bars autoriseront donc simplement la consommation de cannabis dans leurs enceintes. En revanche, le système de coffeshop à la hollandaise est exclu. Seul l’Alaska autorise aujourd’hui les dispensaires de cannabis à laisser les clients consommer sur place après leurs achats. Cette circulaire restera en vigueur jusqu’en 2020. Les instances politiques jugeront alors si elle doit être amendée ou abandonnée.

Théo Caillart

Vous avez aimé cet article ? Suivez-nous sur Facebook !