Suivez-nous

Cannabis au Québec

Québec : la légalisation du cannabis a eu moins d’incidence que prévu sur le travail

Impact du cannabis sur le travail au Québec

Un après la légalisation du cannabis au Canada, une nouvelle étude publiée ADP Canada et réalisée par Ipsos est venue sonder les Canadiens et les Québécois sur leur consommation durant les horaires de travail.

PUBLICITE

Malgré sa légalisation, peu d’organisations au Québec autorisent le cannabis récréatif pendant la journée de travail. 87 % des Québécois déclarent que leur employeur n’autorise pas le cannabis. Et lorsque la consommation de cannabis est autorisée, les Québécois consomment peu. 9 % des Québécois ont déclaré que le cannabis était autorisé durant la journée de travail, et parmi eux, 53 % ont déclaré fumer avant le travail, 63 % après la journée de travail, en socialisant avec des collègues et 47 % ont déclaré fumer pendant les heures de travail.

Les Québécois fument plutôt moins au travail que les autres provinces : c’est dans la région du Saskatchewan et du Manitoba que les répondants consomment le plus, si cela est autorisé.

Le cannabis a un effet beaucoup moins important qu’anticipé, il y a un an, sur le rendement en milieu de travail : · 73 % des Québécois affirment que la consommation de cannabis récréatif n’a eu aucune incidence sur la productivité, 74 % qu’elle n’a eu aucune incidence sur l’absentéisme, 70 % qu’elle n’a eu aucune incidence sur la qualité de travail et 76 % qu’elle n’a eu aucune incidence sur les incidents liés à la santé et à la sécurité

En 2018, alors que ce même sondage était conduit, près de la moitié (45 %) des Québécois estimaient que la consommation de cannabis en milieu de travail diminuerait la productivité et augmenterait l’absentéisme. Un an après la légalisation, seulement 7 % des personnes interrogées estiment que le cannabis a diminué la productivité et augmenté l’absentéisme.

PUBLICITE

45 % des Québécois estiment que leurs perceptions sur le cannabis n’a pas changée depuis la légalisation, 16 % ont une opinion plus positive et 18 % plus négative.

36 % des Québécois affirment que leur entreprise a mis à jour ses politiques depuis la légalisation, et alors que le sujet divise au Québec, 55 % des Canadiens sondés estiment que l’arrivée des comestibles, extraits et produits à usage topique ne changera pas les exigences des employeurs concernant les risques d’affaiblissement des capacités au travail.

Que le cannabis soit autorisé ou non pendant la journée de travail, les résultats de cette étude confortent la nécessité de mettre en place et de communiquer de façon claire sur les règles encadrant la consommation de cannabis.

« L’année dernière, il y avait beaucoup d’incertitude et de battage médiatique entourant la légalisation du cannabis. Mais jusqu’à présent, la consommation de cannabis n’a pas eu d’effet majeur sur le marché du travail ou sur le rendement au travail », a déclaré Hendrick Steenkamp, directeur d’ADP Canada. « Même si la consommation de cannabis pendant les heures de travail n’est autorisée que dans une fraction des lieux de travail au Canada, il est important pour chaque organisation d’élaborer des lignes directrices et des politiques en milieu de travail appropriées et d’offrir une formation permettant de détecter et de gérer les potentiels affaiblissements des capacités de travail. »

PUBLICITE

Aurélien a créé Newsweed en 2015. Particulièrement intéressé par les régulations internationales et les différents marchés du cannabis, il a également une connaissance extensive de la plante et de ses utilisations.

Sites partenaires

Suivez toute l’actualité des vaporisateurs sur LesVapos, tests et conseils d’achats pour vaporisateurs à herbes séchées et concentrés.


Acheter des graines de cannabis féminisées et autoflorissantes en direct de la Barney’s Farm d’Amsterdam, graines gratuites avec chaque commande.

Trending

Ne manquez aucune news, abonnez-vous à notre newsletter !

1 newsletter par semaine, pas de pub !

0global