Suivez-nous
CBD Shop France

Des chercheurs étudient la psilocybine comme traitement de l’obésité

Publié

le

Psilocybine et obésité

Des chercheurs affiliés à l’université de Copenhague étudient la psilocybine comme traitement possible de l’obésité.

PUBLICITE

Des recherches antérieures sur la psilocybine et d’autres substances psychédéliques ont montré à plusieurs reprises que ces substances pouvaient constituer un traitement efficace des troubles mentaux, notamment la dépression, l’anxiété, le syndrome de stress post-traumatique et la dépendance. En outre, une étude corrélationnelle publiée l’année dernière a déterminé que les personnes ayant déclaré avoir essayé une drogue psychédélique classique au moins une fois au cours de leur vie avaient beaucoup moins de chances d’être en surpoids ou obèses.

Dans une étude récente, des scientifiques affiliés à l’Université de Copenhague, au Danemark, ont mené une expérience sur des souris pour étudier le potentiel de la psilocybine à réduire les envies de nourriture. Pour mener à bien cette étude, les chercheurs ont utilisé des modèles murins d’obésité génétique, d’obésité induite par le régime alimentaire et de trouble de la boulimie pour étudier l’effet de la psilocybine sur le poids corporel et la prise alimentaire.

Les premiers résultats ont montré qu’une dose unique élevée de psilocybine ou un microdosage quotidien n’entraînait pas de réduction du poids corporel ou de la prise alimentaire chez les souris obèses traitées avec le médicament. Bien que les chercheurs n’aient pas trouvé de preuves pour étayer l’hypothèse, ils ont été encouragés par l’étude et ont préconisé la poursuite des recherches.

« Nous avons été surpris de constater que la psilocybine n’avait pas au moins un effet direct subtil sur la prise alimentaire et/ou le poids corporel dans les modèles d’obésité et de suralimentation génétiques et induits par le régime alimentaire », a déclaré à PsyPost l’auteur de l’étude, Christoffer Clemmensen, professeur associé à l’Université de Copenhague.

PUBLICITE

« Bien que nous n’ayons pas réussi à découvrir des effets majeurs de la psilocybine sur le métabolisme énergétique des souris et sur les comportements associés à l’alimentation, nous pensons qu’il existe des nuances dans le mode d’action des psychédéliques qui ne peuvent pas être capturées de manière appropriée dans les modèles de rongeurs. Il est important de noter que la psilocybine était sûre et n’a pas eu d’effets indésirables sur les paramètres physiologiques que nous avons testés chez la souris. »

L’obésité, un problème de plus en plus courant et couteux

Les problèmes de santé liés à l’obésité comprennent les maladies cardiaques, les accidents vasculaires cérébraux, le diabète de type 2 et certains types de cancer, ce qui contribue à en faire l’une des principales causes de décès évitables et prématurés.

« De manière peut-être surprenante, l’obésité est une maladie plutôt résistante aux traitements qui partage des similitudes neuropathologiques avec les troubles mentaux, tels que la dépendance », a déclaré Clemmensen.

Les dysfonctionnements des circuits homéostatiques et de récompense peuvent entraîner une « rechute » chez les personnes obèses, ce qui rend difficile l’adhésion à un mode de vie et même aux interventions médicamenteuses. Étant donné que les psychédéliques sont censés améliorer la plasticité des circuits neuronaux, il se peut que, combinés à une thérapie comportementale, les psychédéliques soient des outils puissants pour « réinitialiser » des comportements compulsifs de longue date. De plus, les psychédéliques classiques agissent sur le système sérotoninergique, et pourraient avoir un effet direct sur la prise alimentaire par une large activation des récepteurs de la sérotonine (5-HT), soulignant leurs avantages potentiels pour l’obésité. »

PUBLICITE

Les chercheurs ont noté que malgré leur valeur pour la recherche scientifique, les modèles de souris ne sont pas un substitut parfait aux sujets humains et ont encouragé la poursuite des études sur le potentiel de la psilocybine à affecter la prise alimentaire et le poids.

« La principale mise en garde concerne la traduction », a déclaré Clemmensen. « Bien que les modèles animaux en général aient été d’une valeur inestimable pour la recherche sur les neurosciences et le métabolisme, ils pourraient être inappropriés pour tester les avantages des psychédéliques pour la santé. »

« Je reste enthousiasmé par ce sujet, les psychédéliques pour le traitement de l’obésité et des troubles de l’alimentation et je pense que nous devrions commencer à envisager quels sous-groupes de patients pourraient bénéficier de cette classe de médicaments », a-t-il ajouté.

L’étude, intitulée Acute and long-term effects of psilocybin on energy balance and feeding behavior in mice, a été publiée le mois dernier par la revue à comité de lecture Translational Psychiatry.

Aurélien a créé Newsweed en 2015. Particulièrement intéressé par les régulations internationales et les différents marchés du cannabis, il a également une connaissance extensive de la plante et de ses utilisations.

Sweetseeds corpo
PevGrow Dictionnaire
The Green Brand
Expogrow 2022

Sites partenaires

Suivez toute l’actualité des vaporisateurs sur LesVapos, tests et conseils d’achats pour vaporisateurs à herbes séchées et concentrés.


Acheter des graines de cannabis féminisées et autoflorissantes en direct de la Barney’s Farm d’Amsterdam, graines gratuites avec chaque commande.


Découvrez le CBD France avec Le Chanvrier Français

Trending

Ne manquez aucune news, abonnez-vous à notre newsletter !

1 newsletter par semaine, pas de pub !