4 différences entre fumer et manger du cannabis

Différences entre fumer et manger du cannabis

Il existe plusieurs manières de consommer du cannabis et nous allons nous attarder aujourd’hui sur les principales différences entre l’inhalation et l’ingestion, c’est-à-dire entre fumer et manger du cannabis.

Le temps et la réaction corporelle

Tout d’abord, l’inhalation de THC via un joint produit des effets rapides, entre 30 secondes et 10 minutes, le cerveau et le système nerveux sont touchés directement par la fumée.

En revanche, le temps de réaction s’avère plus long pour les space-aliments. Une bouchée ingérée passe tout d’abord par l’estomac. La décomposition des aliments au THC conduit à la formation de la molécule appelé 11 –OH –THC (formule simplifiée). Cette molécule possède la particularité de pouvoir se déplacer dans le sang jusqu ‘au cerveau. Elle peut passer outre la barrière hémato-encéphalique du cerveau, qui empêche notamment les toxines d’accéder au cerveau. Le 11-OH-THC pénètre d’abord dans le système sanguin avant de toucher le système nerveux, 30 minutes à 2 heures après l’ingestion. C’est pour cela qu’il est déconseillé de prendre plusieurs parts de space cake avant de ressentir les effets de la première.

La variété du produit

Si les variétés de cannabis sativa, indica ou hybride jouent un rôle important lors de l’inhalation, ce n’est pas le cas pour la dégustation.

Les effets du cannabis sur le corps dépendent de la variété consommée. L’indica est considérée comme une beuh qui favorise la relaxation alors que la sativa est excitante. Cette différence entre les variétés disparait dans la création de space-food. En effet, le mélange avec de l’huile ou du beurre affecte les terpènes. Les terpènes sont ses agents moléculaires qui font que chaque weed possède sa particularité et son odeur spéciale. Tout n’est pas perdu mais il est impossible de savoir ce qui est perdu dans le mélange. De plus la beuh perd également de la substance lors du mélange des ingrédients et de la cuisson.  Une beuh de qualité peut produire moins d’effet une fois dans l’appareil à gâteau qu’une herbe ordinaire.

La quantité

Pour faire un space-cake pour 8 personnes, les chefs cuisiniers américians recommandent au moins 10 grammes d’herbe ou de hash. Le beurre de Marrakech et l’huile de cannabis n’absorbant pas tout le THC une quantité importante est nécessaire, et le résultat final dépendra aussi de la puissance de base du cannabis. Au Colorado, une portion de space food contient 10mg de THC.

Un joint, en fonction du consommateur, nécessite entre 0.1 g et 1 gramme de cannabis. Les joints pré-roulés que vous pouvez trouver dans les coffeeshops d’Amsterdam contiennent eux au moins 0,5g.

Les effets

Les amateurs de cannabis savent à peu près quels effets provoqueront la consommation d’un joint. Même si le ressent diffère en fonction des personnes et de leurs conditions mentales, le résultat

En revanche la space food peut provoquer tous types d’effet, sans qu’on puisse réellement prévoir à l’avance les impacts après ingérence.  Du fou rire à l’amnésie, en passant par une euphorie ou de l’excitation, la cuisine maison produit des résultats variables. Les industries de pointes spécialisées dans le commerce de space-food peuvent déterminer quel dosage provoque des effets idéaux. Les Etats Unis peinent d’ailleurs a trouver un moyen de réglementer ces aliments au cannabis après avoir constaté une explosion des hospitalisations dues au space-food. En revanche, il est plus sain pour le corps de manger que de fumer et les patients médicaux préfèrent souvent grignoter une petite barre chocolatée au THC que fumer un gros pétard.  C’est plus sain, et parfois leur maladie leur empêche d’inhaler du cannabis, ou du tabac par combustion.

La descente

Si la monté des effets du space cake se fait attendre, que le résultat expérimental est inconnu, la descente, elle, est ressentie par tous les adeptes du space-food. Apres 4 à 5 heures d’effets, le cannabis est digéré, mais certains ressentent des effets pendant plus de 24 heures. Les gourmands pourront éprouver un gros coup de barre.

L’inhalation de cannabis provoque généralement une petite fatigue après 2 à 4h.

Les deux méthodes de consommation, que ce soit pour des patients médicaux ou des consommateurs récréatifs dans les pays où c’est autorisé, ne sont pas inoffensives. Les fumeurs expérimentés ne conseilleront que trop de tester petit à petit, sans surdoser, au risque de ne pas apprécier du tout l’expérience.

Theo Caillart

Abonnez-vous à Newsweed sur Facebook

Laisser un commentaire