Suivez-nous
The Greenstore
Brownie Mary Brownie Mary

Qui était Brownie Mary ?

L’histoire du cannabis est imprégnée de personnages plus grands qu’eux qui ont tous joué un rôle dans la démocratisation de la plante. L’une de ces personnes influentes est Mary Jane Rathbun, plus connue sous le nom de Brownie Mary.

PUBLICITE

Militante du cannabis médical et pionnière des edibles, Brownie Mary a fait irruption sur la scène publique dans les années 1980. Le travail de Mary Jane Rathbun en Californie, au plus fort de la crise du VIH/sida, a été déterminant pour la légalisation du cannabis médical dans l’Etat. Héroïne quelque peu improbable, Rathbun n’en reste pas moins un élément légendaire du folklore du cannabis.

Brownie Mary

Brownie Mary

Les débuts de Brownie Mary

Peu de choses ont été officiellement documentées sur les débuts de Brownie Mary. Selon les récits, elle nourrissait une forte tendance anti-établissement depuis sa plus tendre enfance. Née en 1922 et élevée dans un quartier ouvrier, Mary a quitté le domicile de ses parents à Minneapolis à l’adolescence pour se frayer un chemin dans le monde. Militante dès son plus jeune âge, elle s’est battue pour des causes telles que le droit à l’avortement et le droit de se syndiquer. La fin des années 1930 l’a conduite dans le centre contre-culturel de San Francisco.

Son métier de serveuse à l’International House of Pancakes lui permettait de payer ses factures mais ne lui laissait pas beaucoup d’argent. Après le départ de son mari, Mary a dû trouver un moyen de subvenir aux besoins de leur fille, Peggy. C’est alors que Mary a découvert par hasard une nouvelle activité secondaire pour joindre les deux bouts : la préparation de brownies.

Mme Rathbun fait la publicité de sa « recette originale » de brownies par le biais de tracts sur les tableaux d’affichage du quartier. Ses brownies « magiquement délicieux » la propulsent rapidement vers la célébrité dans le quartier Castro, majoritairement gay, de la ville.

PUBLICITE

Au début des années 1980, Rathbun préparait jusqu’à 600 brownies par jour, qu’elle vendait de chez elle ou qu’elle distribuait dans les rues de Castro à l’aide d’un panier. Elle rencontre alors un autre activiste du cannabis, Dennis Peron, en 1974 au Café Flore, une institution de San Francisco, où ils ont sympathisé autour d’un joint. Peron a rapidement commencé à vendre ses brownies depuis son supermarché de l’herbe Big Top sur Castro Street.

Malheureusement, la popularité croissante de Rathbun a également attiré l’attention de la police locale. Un policier en civil se faisant passer pour un client a fait irruption dans sa boulangerie le soir du 14 janvier 1981 et a saisi plus de cinq kilos d’herbe. Comme le veut le destin, cette arrestation (la première d’une série de trois) a représenté un tournant important dans la vie de Brownie Mary.

Comment Brownie Mary s’est-elle engagée dans l’activisme pour le cannabis médical ?

La première arrestation de Rathbun lui a valu une peine de 500 heures de travaux d’intérêt général. Elle a passé une grande partie de ces heures à faire du bénévolat au Shanti Project, un groupe de soutien pour les personnes vivant avec des maladies incurables. Ce travail lui a ouvert les yeux sur les personnes de la communauté gay vivant avec le VIH/sida, qui avaient été reniées par leurs proches et, dans une certaine mesure, abandonnées par le corps médical traditionnel. Ayant perdu sa fille unique Peggy dans un accident de voiture au début des années 1970, Rathbun a adopté la communauté du sida comme ses enfants.

Les personnes atteintes du VIH/sida témoignaient à Mme Rathbun de l’effet de ses brownies : ils soulageaient la douleur et stimulaient l’appétit. Elle s’était vu aussi dire qu’ils soulageaient les patients atteints de cancer qui suivaient des traitements de chimiothérapie.

PUBLICITE

Visitant régulièrement le service du sida de l’hôpital général de San Francisco, Rathbun a été arrêtée une nouvelle fois en 1992 alors qu’elle livrait un brownie à l’herbe à un malade du cancer. Elle ne se repent pas pour autant, insistant sur la valeur médicinale de ses friandises infusées.

« Je sais, pour avoir fumé de l’herbe pendant plus de 30 ans, que c’est un médicament qui fonctionne », explique Mme Rathbun à l’Associated Press dans une interview de 1992. « Il fonctionne pour le syndrome de dépérissement. Les enfants n’ont pas d’appétit, mais quand ils mangent un brownie, ils sortent du lit et se préparent à manger. Et pour la chimiothérapie, ils mangent la moitié d’un brownie avant une séance, et quand ils sortent, ils mangent l’autre moitié. Ça atténue la douleur. C’est ce que je suis venu faire. »

Malgré les arrestations et les avertissements formels des autorités, Rathbun a intensifié sa production de brownies au milieu des années 80. De plus en plus de malades du sida avaient besoin de soins palliatifs ou de soulager les nausées associées aux premiers traitements contre le VIH. Les brownies ne représentaient plus un moyen d’augmenter son fonds de retraite, mais un moyen d’aider à soulager la souffrance des autres. Elle a financé les friandises avec ses chèques de sécurité sociale et des dons anonymes de revendeurs locaux.

En 1992, Rathbun s’est présentée devant le conseil des superviseurs de San Francisco, prêchant les avantages du cannabis médical. Son témoignage a incité le conseil à semi-décriminaliser la plante, en faisant de la possession de cannabis médical la priorité la plus faible en matière d’arrestations et de poursuites.

Unir nos forces : Brownie Mary et Dennis Peron

L’instinct de justice sociale de Rathbun s’est naturellement transformé en campagne pour la légalisation du cannabis. Ce changement a été influencé, en partie, par le travail d’un ami proche et militant du cannabis, Dennis Peron.

Brownie Mary et Dennis Peron

Brownie Mary et Dennis Peron

Au début des années 1990, Dennis Peron s’est efforcé d’éduquer les groupes de défense du sida tels que ACT UP  sur les avantages thérapeutiques du cannabis pour atténuer les symptômes du sida. Après un accueil mitigé de la part d’ACT UP, Peron a invité Rathbun à partager ses expériences en distribuant du cannabis aux personnes atteintes du SIDA. Ensemble, les deux activistes ont commencé à faire évoluer les opinions sur le cannabis, qui était classé comme une substance contrôlée de l’annexe 1 depuis 1970.

Le plaidoyer de Mme Rathbun a également attiré l’attention des professionnels de la santé, qui ont commencé à étudier les effets du cannabis sur le système immunitaire des malades du sida. En 2003, une étude décisive a clarifié les avantages thérapeutiques du cannabis pour les personnes vivant avec le VIH/SIDA.

En 1991, Rathbun et Peron ont uni leurs forces pour la Proposition P, une mesure visant à rendre le cannabis médical disponible à San Francisco et à protéger les médecins des sanctions pour l’avoir prescrit. Rathbun était régulièrement présente aux réunions du conseil d’administration pour défendre la cause du cannabis, avec des bijoux et des pins inspirés du cannabis, ainsi que ses incontournables gilets.

La proposition P est adoptée à près de 80 % le 5 novembre 1991. Cinq ans plus tard, les électeurs ont également voté en faveur de la proposition 215, faisant de la Californie le premier État des États-Unis à légaliser le cannabis à usage médical. L’adoption de cette loi historique a créé un précédent et les États de Washington, de l’Oregon et de l’Alaska ont rapidement suivi avec leurs propres initiatives en matière de cannabis médical.

Un héritage durable : la loi Brownie Mary et Dennis Peron

Mme Rathbun est décédée d’une crise cardiaque en 1999, mais son héritage perdure. La compassion était véritablement le modus operandi de Mme Rathbun. La compassion, ainsi qu’une croyance inébranlable dans le pouvoir de guérison du cannabis, l’ont aidée à lancer la réforme de la législation sur le cannabis. Des mesures récentes en Californie ont reconnu la nécessité de rendre le cannabis accessible aux patients à faibles revenus qui en ont le plus besoin.

En 2019, le gouverneur Gavin Newsom a signé le SB 34, la loi Dennis Peron et Brownie Mary, pour exempter les programmes de soins compassionnels du paiement des taxes étatiques sur le cannabis en Californie. Les programmes de soins compassionnels, les dispensaires originaux de cannabis médical ont été ravagés par le coût des affaires depuis que la Californie a légalisé le cannabis à usage adulte, obligeant souvent les participants aux programmes à retourner sur le marché illicite. Le principal parrain du projet de loi, le sénateur d’État Scott Wiener, a publié une déclaration après la signature.

« Pendant des décennies, les programmes de compassion ont joué un rôle essentiel en aidant les personnes à faible revenu souffrant de graves problèmes de santé à accéder à leurs médicaments », a déclaré M. Wiener. « Taxer des programmes qui donnent gratuitement du cannabis médical, et qui n’ont donc aucun revenu, n’a aucun sens et a entraîné la fermeture d’un trop grand nombre de ces programmes. Le SB 34 permettra aux programmes de soins compatissants de survivre et de servir ceux qui en ont besoin. »

En 1992, le conseil d’administration de San Francisco a déclaré le 25 août « Journée Brownie Mary » pour honorer son travail d’aide aux malades du sida. C’est un jour qui est toujours célébré à San Francisco.

Dennis Peron et Mary Jane Rathbun ont également co-écrit un livre trois ans avant sa mort : Brownie Mary’s Marijuana Cookbook and Dennis Peron’s Recipe for Social Change. Hélas, le livre ne contient pas la fameuse recette de brownie « magiquement délicieux » de Rathbun.

Sweet Seeds
Silent Seeds

Sites partenaires

Suivez toute l’actualité des vaporisateurs sur LesVapos, tests et conseils d’achats pour vaporisateurs à herbes séchées et concentrés.


Acheter des graines de cannabis féminisées et autoflorissantes en direct de la Barney’s Farm d’Amsterdam, graines gratuites avec chaque commande.

Si vous êtes au Royaume-Uni et avez besoin d’étonnantes Cali Weed Strain Seeds, Barney’s Farm a la meilleure sélection.


Découvrez les fleurs de CBD avec Le Chanvrier Français


CBD Shop France est le réseau n°1 en France du CBD avec + de 100 boutiques

Ne manquez aucune news, abonnez-vous à notre newsletter !

1 newsletter par semaine, pas de pub !