Suivez-nous
Puffy

Le cannabis n’est pas une drogue passerelle, selon une nouvelle étude

Publié

le

Cannabis comme drogue passerelle

La théorie du cannabis comme marche-pied vers l’escalade des drogues définitivement enterrée ?

PUBLICITE

Dans une étude publiée au début du mois de janvier 2023, des chercheurs américains réfutent l’idée que le cannabis est une drogue passerelle, une substance qui conduit à la consommation d’autres drogues plus “dures”.

L’étude montre que les Etats américains qui ont légalisé le cannabis n’ont pas vu d’augmentation des troubles liés à la consommation de substances ou de la consommation d’autres drogues illicites. Elle révèle d’ailleurs plutôt que la légalisation du cannabis peut entraîner une diminution des problèmes liés à l’alcool.

Que dit l’étude ?

À partir des données de deux études menées sur plusieurs décennies à l’Université du Colorado et à l’Université du Minnesota, l’étude a porté sur plus de 4 000 jumeaux, dont 40 % vivaient dans un État américain où le cannabis était légal (le Colorado) et 60 % dans un État où le cannabis n’était pas légal (le Minnesota).

L’utilisation de jumeaux dans l’étude “permet de contrôler un large éventail de variables, notamment l’âge, le milieu social, le début de la vie familiale et même l’héritage génétique”, a déclaré l’auteur John Hewitt.

PUBLICITE

Les sujets ont été étudiés à deux moments différents : avant 2014, lorsque le Colorado a ouvert les premiers dispensaires, et après. L’étude a mesuré la consommation d’alcool, de tabac, de cannabis et de substances illicites, ainsi que la santé mentale.

“Pour la consommation de cannabis à faible niveau, qui était la majorité des utilisateurs, chez les adultes, la légalisation ne semble pas augmenter le risque de troubles liés à la consommation de substances”, a déclaré le Dr Christian Hopfer, coauteur de l’étude. C’était le cas tant pour le cannabis que pour d’autres substances.

L’étude n’a pas non plus trouvé de lien entre la légalisation du cannabis et les problèmes cognitifs, psychologiques, sociaux, relationnels ou financiers des individus.

Elle ajoute que la prévention et l’intervention en matière d’abus de cannabis seraient mieux ciblées sur les facteurs de risque, comme les antécédents familiaux ou les troubles mentaux.

PUBLICITE

Il est important de noter que l’étude est limitée à certains égards puisqu’elle ne porte que sur des individus du Minnesota et du Colorado, et que 92 % des participants étaient blancs. En outre, les sujets étaient “caractérisés par de faibles niveaux de consommation de substances et de dysfonctionnement psychosocial”, selon l’étude.

La fin d’une théorie prohibitionniste ?

La théorie selon laquelle le cannabis est une drogue passerelle est née dans les années 1970, dans le cadre de la campagne politique contre la drogue, qui voulait publiquement tenter de réduire la consommation de drogue aux États-Unis, mais qui, sous couvert de santé publique, visait à incarcérer massivement les personnes de couleur. Le cannabis est aujourd’hui souvent présenté comme une drogue d’initiation afin de bloquer les efforts de régulation.

“Nous n’avons vraiment pas trouvé de soutien pour un grand nombre des méfaits que les gens craignent avec la légalisation”, a déclaré l’auteur principal Stephanie Zellers dans un communiqué de presse. “Du point de vue de la santé publique, ces résultats sont rassurants”.

Les auteurs de l’étude notent que, bien que la légalisation n’entraîne pas de troubles liés à l’abus de substances, qu’il s’agisse du cannabis ou d’une autre substance, des recherches supplémentaires sont nécessaires sur la plante, en particulier sur la puissance du THC, le dosage et les modes de consommation.

Une étude publiée l’année dernière dans le Journal of Adolescent Health est parvenue à une conclusion similaire, estimant que la légalisation du cannabis n’a pas entraîné “d’augmentation spectaculaire de la consommation d’alcool, de cigarettes et d’opioïdes non prescrits”.

NE MANQUEZ AUCUNE NEWS, ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER DE NEWSWEED !

1 newsletter par semaine,

tous les mercredis !

Nous ne spammons pas ! Consultez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

Aurélien a créé Newsweed en 2015. Particulièrement intéressé par les régulations internationales et les différents marchés du cannabis, il a également une connaissance extensive de la plante et de ses utilisations.

Sweet Seeds
Silent Seeds

Visitez RQS Thaîlande avec nous !

Sites partenaires

Suivez toute l’actualité des vaporisateurs sur LesVapos, tests et conseils d’achats pour vaporisateurs à herbes séchées et concentrés.


Acheter des graines de cannabis féminisées et autoflorissantes en direct de la Barney’s Farm d’Amsterdam, graines gratuites avec chaque commande.

Si vous êtes au Royaume-Uni et avez besoin d’étonnantes Cali Weed Strain Seeds, Barney’s Farm a la meilleure sélection.


Achetez les meilleures graines de cannabis féminisées de Original Sensible Seeds, y compris leur variété phare Bruce Banner #3.


Découvrez les fleurs de CBD avec Le Chanvrier Français


Mon-Cbd-Francais.com est le grossiste CBD en ligne pour les professionnels. Bénéficiez de prix de gros, livraison (sous 24h), marques reconnues, des produits analysés et contrôlés.


Weecl est le fournisseur B2B français de référence en cannabinoïdes. Ils maitrisent la chaine de production complète pour vous offrir les meilleurs produits.


Deli Hemp Pro, grossiste CBD de qualité pour assurer le succès de votre magasin !


Découvrez les bienfaits des huiles CBD de qualité supérieure sur Cannamed.fr


Découvrez les produits au CBD de Lord Of CBD : Fleurs, Huiles…


Trouvez votre bonheur avec le meilleur du CBD sur la boutique en ligne CBD.fr, leader en France depuis 2003.


Silent Seeds propose les graines de cannabis féminisées de Dinafem, marque historique, banque de graines de cannabis depuis 2005.


Avec CBDOO, accédez à de nombreuses variétés CBD soigneusement sélectionnées à un prix juste.

Trending