Grèce : octroi des deux premières licences pour la production et la transformation du cannabis médical

grece

Quelques neuf mois après que le Parlement ait approuvé le projet de loi permettant la production locale de cannabis médical, le gouvernement vient d’attribuer les deux premières licences de production et de transformation du cannabis thérapeutique. L’accord de ces deux premières licences marque le début de l’industrie du cannabis médical grecque. 12 dossiers sont encore soumis à la procédure d’approbation mais, selon le vice-ministre de l’Économie et du Développement, les licences restantes seront attribuées d’ici la fin de l’année.

Les licences

Le cannabis médical est légal en Grèce depuis 2017 mais la loi originelle ne régulait pas sa culture ni sa transformation, les patients devant donc importer leurs médicaments de l’étranger. C’est la loi n ° 4523/2018, approuvée en mars de cette année, qui organise la création et l’exploitation d’unités de traitement pour la fabrication et la production de médicaments finis à base de cannabis. Conformément à la loi, les structures de production doivent être verticalement intégrées et closes. La culture du cannabis et la production de médicaments à partir de la plante se feront au même endroit et dans un espace protégé.

Les deux premières licences ont été approuvées par décision conjointe du ministre de la Santé, M. Andreas Xanthou, du vice-ministre de l’Économie et du Développement, M. Stergios Pitsiorlas, et du vice-ministre du Développement rural et de l’Alimentation, M. Vassilis Kokkalis. Elles ont été délivrées hier en conférence de presse pour une durée de cinq ans. Les deux bénéficiaires sont les compagnies BIOMECANN et BIOPROCANN qui ont respectivement investi 9,5 et 12,5 millions d’euros. La première sera installée à Larissa dans une exploitation de 11 acres et la deuxième à Corinthe sur 46 acres. Elles prévoient la création de 117 emplois. Une fois le reste des licences accordées, l’investissement total est estimé à 185,2 millions d’euros et la création d’emplois autour de 770.

Pour les deux entreprises sous licence, le financement a mêlé capitaux grecs et internationaux. Eirini Pittara, responsable de la division Licences commerciales, a précisé qu’il existerait aussi des sociétés exclusivement grecques. Le vice-ministre de l’Économie a souligné que les licences avait suscité de l’intérêt à l’international et que le gouvernement restait ouvert à la possibilité d’octroyer des licences à des compagnies étrangères: « Au Canada, en Israël et ailleurs, de très grands noms de la production de produits pharmaceutiques ont montré de l’intérêt car ils possèdent un savoir-faire et de l’expérience ».

La conférence de presse

Les médicaments à base de cannabis feront l’objet d’un régime à usage contrôlé, comme c’est le cas pour les opiacés, et seront prescrits dans le cadre du système de sécurité sociale IDIKA. « Nous avons tenté d’aborder la question des perspectives de production et de distribution de cannabis pharmaceutique en Grèce dans la perspective d’un accès facile et abordable pour les patients à des produits pharmaceutiques éprouvés susceptibles d’améliorer leur qualité de vie » a déclaré Andreas Xanthos, le ministre de la Santé. Néanmoins, les patients ne seront pas dans un premier temps indemnisés par les fonds d’assurance et la production sera en premier lieu destinée à l’exportation pour redynamiser l’économie du pays.

Le vice-ministre de l’Économie et du Développement, Stergios Pitsiorlas, a quant à lui déclaré : « L’intérêt des investissements internationaux dans le cannabis pharmaceutique met en évidence les perspectives de croissance de notre pays ». L’objectif est de mettre à profit les avantages comparatifs du pays dans la culture du cannabis pour attirer des investissements productifs sur un marché émergent à l’échelle mondiale. A terme, le but est de couvrir à la fois le marché intérieur et les exportations. Selon le vice-ministre, le premier médicament fini à base de cannabis produit en Grèce devrait être sur le marché dans environ un an et demi.

Parallèlement, le vice-ministre du Développement rural et de l’Alimentation, M. Vassilis Kokkalis, a déclaré: « L’annonce faite aujourd’hui des premières licences visant à créer des unités pour le cannabis pharmaceutique prouve que la Grèce est désormais favorable aux investissements. (…) Nous envoyons le message que notre pays est stable et prêt à accepter les investissements ». Outre le cannabis médical, le gouvernement souhaite également dynamiser la filière chanvre. M. Kokkalis a annoncé que le cadre régissant le cannabis industriel serait bientôt modifié pour permettre à plus d’agriculteurs de cultiver le chanvre et d’augmenter ainsi leurs revenus. Cela passera également par l’élargissement de la gamme de produits à valeur ajoutée créée à partir du chanvre comme les matériaux de construction ou l’alimentation.

Articles liés

Derniers articles

altria
Altria (Malboro) investit $1,8 milliard dans un producteur de cannabis canadien
bong
Pourquoi la forme des bangs importe ?
Cannabis thérapeutique à l'Assemblée Nationale
Cannabis thérapeutique : que s’est-il dit à l’Assemblée Nationale ce 5 décembre ?
cannabis facility
Aurora Cannabis à la conquête de l’Europe
THCV
Le THCV sera-t-il le nouveau CBD ?
musée de la weed
Weedmaps ouvre son musée du cannabis à Los Angeles
Suivez-nous sur Telegram

Laisser un commentaire