Suivez-nous

The Dolphins

Publié

le

Coffeeshop the Dolphins à Amsterdam

Le coffeeshop The Dolphins vaut le détour rien que pour son intérieur psychédélique, façon 20000 lieues sous les mers. Et par détour, on entend juste quelques centaines de mètres de la Leidseplein.

PUBLICITE

Vous aurez compris que le thème central de ce coffeeshop sont les dauphins. A l’entrée en bois, peints sur les murs, au comptoir, au plafond, des dauphins partout. Le demi-étage de plein pied offre une demi-douzaine de tables accompagnées de chaises. Le sous-sol propose des bancs plus confortables, avec de petits matelas.

La musique varie, mais n’est jamais trop forte et toujours relaxante. Des télés diffusent des shows sportifs ou des divertissements. Le Dolphins met également à disposition une connexion WiFi.

Menu du coffeeshop The Dolphins

Le Dolphins n’a pas une carte expansive, à la différence de beaucoup de coffees, mais propose des beuh et du hash de qualité. Dolphin Diesel, Haze et Kush à 15€ le gramme et Northern Lights à 12,5€ (vaut le coup si vous ne connaissez pas).

5 hash sont à la carte, 4 marocains et 1 afghan entre 10 et 15€ le gramme.

PUBLICITE

Les space muffins faits maison sont très bons et à tester (si vous pouvez le gérer !). Des bangs (pas toujours très propres) et des vaporisateurs sont disponibles au comptoir.

Et aussi…

Il fut un temps où le Dolphins organisait des visites d’Amsterdam en bateau via les canaux, et où vous pouviez (bien sûr) fumer pendant la visite. N’hésitez pas à demander aux budtenders si c’est toujours le cas, et s’il n’est pas trop tard pour réserver 🙂

 

Aurélien a créé Newsweed en 2015. Particulièrement intéressé par les régulations internationales et les différents marchés du cannabis, il a également une connaissance extensive de la plante et de ses utilisations.

Le Maroc sur la piste de la légalisation du cannabis

Publié

le

Légalisation du cannabis au Maroc

Le conseil de Tanger-Tétouan-Al Hoceïma, la région du Nord du Maroc, a approuvé début juillet la réalisation d’une étude sur les opportunités de cultiver du cannabis dans la région.

PUBLICITE

Le rapport sera confié à l’Institut scientifique de l’Université Mohammed V à Rabat, pour un coût avoisinant le million de dirhams (90 000€). Le ministère de l’Intérieur doit encore donner son feu vert avant le lancement de l’étude, qui s’attardera notamment sur les propriétés thérapeutiques et pharmacologiques du cannabis.

Selon les estimations de Prohibition Partners, le Maroc pourrait drainer 9 milliards d’euros de revenus de la culture du cannabis en cas de légalisation et de régulation du secteur. Le Maroc n’est bien sûr par le seul pays du continent africain intéressé par le cannabis : le Lesotho a commencé à produire du cannabis médical, tout comme le Zimbabwe. Et l’Afrique du Sud est en train de légaliser le cannabis pour les adultes.

80% de la production du cannabis au Maroc est actuellement destinée à l’export selon les chiffres de 2017. Les 20% restants sont réservés à la consommation locale. Entre 90000 et 140000 familles vivent de la culture et de la commercialisation du cannabis dans le nord du Maroc. La filière emploierait environ 800.000 personnes et représenterait 23% du PIB marocain.

Le chanvre connaît bien sûr d’autres utilisations qui intéressent également le Maroc : dans la construction, notamment l’isolation, pour les cosmétiques, la fabrication d’huiles, de litières, l’utilisation sous forme de combustibles, en papeterie, pour l’alimentation humaine et animale, les biocarburants ou encore comme matériaux composites en association avec des matières plastiques.

PUBLICITE

En 2015, des élus du Parti Authenticité et Modernité (PAM), parti de l’opposition, avaient déposé une proposition de loi pour légaliser le cannabis à usage industriel et thérapeutique. La proposition de loi n’a jamais été mise à l’ordre du jour du Parlement.

Continuer la lecture

Trending

Ne manquez aucune news, abonnez-vous à notre newsletter !

1 newsletter par semaine, pas de pub !

0