Suivez-nous

The Rookies

Publié

le

Rookies Coffeeshop à Amsterdam

Le coffeeshop The Rookies existe depuis 1992 et est toujours un endroit un peu moins connu des touristes que les coffeeshops qui l’environnent. Situé à 200m de la Leidseplein, vous y accéderez en laissant le burger King à votre gauche et en empruntant la Korte Leidsedwarstraat. Après avoir dépassé les 12000 restos italiens de la rue, vous verrez rapidement le blason de la maison, un chérubin dans un nuage du fumée. Beaucoup de locaux fréquentent d’ailleurs le Rookies, signe s’il en est de sa discrétion mais de sa qualité.

PUBLICITE

Logo du coffeeshop The Rookies à Amsterdam

Le personnel est très sympa et la musique assez éclectique, entre reggae et rock. En entrant dans le coffee, vous passez tout d’abord par le bar où vous sera proposée une sélection choisie de weed et de hash. Vous pourrez également commander à boire chaud ou froid.

La pièce de consommation se situera alors à votre droite et peut accueillir jusqu’à 80 personnes, de manière confortable, avec un mélange de tables classiques et de tables hautes, façon pub, et rappel de son passé. L’endroit était en effet un bar avant de se transformer en coffeeshop. Une petite terrasse propose quelques tables pour consommer en extérieur lorsque le temps le permet.

Des bangs sont disponibles au bar, ainsi que des jeux de société pour les personnes voulant passer un peu de temps à l’intérieur du coffee.

PUBLICITE

Intérieur du Rookies

Menu du coffeeshop The Rookies

Les weeds proposées sont assez diverses : de la jamaïcaine à 5,5€ le gramme (à essayer pour tester, mais sans grand intérêt), à la SoMango à 15e le gramme, en passant par quelques Haze sympathiques. Le menu affiche la puissance de chaque produit, ce qui pourra décider les clients en fonction de leurs habitudes. La Amnesia et la Super Silver Haze font leur petit effet, alors que la Champagne Haze a été une vraie surprise. Les taux de THC / CBD ne sont pas indiqués, mais on ne serait pas surpris de voir un ratio équilibré. L’effet est puissant mais très confortable.

Côté hash, de l’ice-o-lator, du super pollen ou du manali, avec des saveurs épicées et une petite claque dans la tête.

Si vous ne savez pas quoi choisir, demandez conseil aux budtender, ils sont de bon conseil.

PUBLICITE

Le Rookies dispose d’un accès WiFi et de prises si vous avez besoin de recharger votre portable ou de brancher votre ordi pour travailler.

En bref, c’est un endroit qu’on aime bien et où on se sent bien. Et c’est généralement là où on commence nos séjours à Amsterdam.

Aurélien a créé Newsweed en 2015. Particulièrement intéressé par les régulations internationales et les différents marchés du cannabis, il a également une connaissance extensive de la plante et de ses utilisations.

Le Maroc sur la piste de la légalisation du cannabis

Publié

le

Légalisation du cannabis au Maroc

Le conseil de Tanger-Tétouan-Al Hoceïma, la région du Nord du Maroc, a approuvé début juillet la réalisation d’une étude sur les opportunités de cultiver du cannabis dans la région.

PUBLICITE

Le rapport sera confié à l’Institut scientifique de l’Université Mohammed V à Rabat, pour un coût avoisinant le million de dirhams (90 000€). Le ministère de l’Intérieur doit encore donner son feu vert avant le lancement de l’étude, qui s’attardera notamment sur les propriétés thérapeutiques et pharmacologiques du cannabis.

Selon les estimations de Prohibition Partners, le Maroc pourrait drainer 9 milliards d’euros de revenus de la culture du cannabis en cas de légalisation et de régulation du secteur. Le Maroc n’est bien sûr par le seul pays du continent africain intéressé par le cannabis : le Lesotho a commencé à produire du cannabis médical, tout comme le Zimbabwe. Et l’Afrique du Sud est en train de légaliser le cannabis pour les adultes.

80% de la production du cannabis au Maroc est actuellement destinée à l’export selon les chiffres de 2017. Les 20% restants sont réservés à la consommation locale. Entre 90000 et 140000 familles vivent de la culture et de la commercialisation du cannabis dans le nord du Maroc. La filière emploierait environ 800.000 personnes et représenterait 23% du PIB marocain.

Le chanvre connaît bien sûr d’autres utilisations qui intéressent également le Maroc : dans la construction, notamment l’isolation, pour les cosmétiques, la fabrication d’huiles, de litières, l’utilisation sous forme de combustibles, en papeterie, pour l’alimentation humaine et animale, les biocarburants ou encore comme matériaux composites en association avec des matières plastiques.

PUBLICITE

En 2015, des élus du Parti Authenticité et Modernité (PAM), parti de l’opposition, avaient déposé une proposition de loi pour légaliser le cannabis à usage industriel et thérapeutique. La proposition de loi n’a jamais été mise à l’ordre du jour du Parlement.

Continuer la lecture

Trending

Ne manquez aucune news, abonnez-vous à notre newsletter !

1 newsletter par semaine, pas de pub !

0