Suivez-nous

Mellow Yellow

Publié

le

Coffeeshop Mellow Yellow à Amsterdam

Le coffeeshop Mellow Yellow est, selon la légende, le plus vieux coffeeshop d’Amsterdam, et a ouvert en 1967. Il a été nommé d’après la chanson Mellow Yellow de Donovan qui décrit la tentative d’intoxication du chanteur en fumant de la peau d’une banane.

PUBLICITE

A sa création, la vente de cannabis était toujours interdite à Amsterdam. Les ventes se faisaient donc devant le comptoir, par des dealers se faisant passer pour des clients, et le cannabis était stocké derrière des portes secrètes.

Aujourd’hui, le Mellow Yellow incarne plutôt les mauvais penchants de ce qu’est devenu le business du cannabis à Amsterdam. Un accueil pas toujours chaleureux, une décoration absente, de vieilles tables…

Menu du coffeeshop Mellow Yellow

La carte du Mellow Yellow est assez appétissante. Blueberry, Diesel et Enemy of the State pour les indica, SSH, Tangilope, Dr. Greenspoon ou 24K pour les sativa, avec des prix allant de 8,5€ à 17€ pour les plus chères.

Niveau hash, vous trouverez du Paki  ou du King Hassan, à environ 10€ – 12€ le gramme, ce qui est correct par rapport aux autres coffeeshops du centre d’Amsterdam.

PUBLICITE

Malheureusement, les commentaires font souvent état de problèmes de séchage, ou de beuh pas très puissantes mais goûteuses, avec des qualités allant de fumable à passable.

Sauf obligation, on trouvera des coffeeshops plus sympas un peu partout ailleurs.

Aurélien a créé Newsweed en 2015. Particulièrement intéressé par les régulations internationales et les différents marchés du cannabis, il a également une connaissance extensive de la plante et de ses utilisations.

Le Maroc sur la piste de la légalisation du cannabis

Publié

le

Légalisation du cannabis au Maroc

Le conseil de Tanger-Tétouan-Al Hoceïma, la région du Nord du Maroc, a approuvé début juillet la réalisation d’une étude sur les opportunités de cultiver du cannabis dans la région.

PUBLICITE

Le rapport sera confié à l’Institut scientifique de l’Université Mohammed V à Rabat, pour un coût avoisinant le million de dirhams (90 000€). Le ministère de l’Intérieur doit encore donner son feu vert avant le lancement de l’étude, qui s’attardera notamment sur les propriétés thérapeutiques et pharmacologiques du cannabis.

Selon les estimations de Prohibition Partners, le Maroc pourrait drainer 9 milliards d’euros de revenus de la culture du cannabis en cas de légalisation et de régulation du secteur. Le Maroc n’est bien sûr par le seul pays du continent africain intéressé par le cannabis : le Lesotho a commencé à produire du cannabis médical, tout comme le Zimbabwe. Et l’Afrique du Sud est en train de légaliser le cannabis pour les adultes.

80% de la production du cannabis au Maroc est actuellement destinée à l’export selon les chiffres de 2017. Les 20% restants sont réservés à la consommation locale. Entre 90000 et 140000 familles vivent de la culture et de la commercialisation du cannabis dans le nord du Maroc. La filière emploierait environ 800.000 personnes et représenterait 23% du PIB marocain.

Le chanvre connaît bien sûr d’autres utilisations qui intéressent également le Maroc : dans la construction, notamment l’isolation, pour les cosmétiques, la fabrication d’huiles, de litières, l’utilisation sous forme de combustibles, en papeterie, pour l’alimentation humaine et animale, les biocarburants ou encore comme matériaux composites en association avec des matières plastiques.

PUBLICITE

En 2015, des élus du Parti Authenticité et Modernité (PAM), parti de l’opposition, avaient déposé une proposition de loi pour légaliser le cannabis à usage industriel et thérapeutique. La proposition de loi n’a jamais été mise à l’ordre du jour du Parlement.

Continuer la lecture

Trending

Ne manquez aucune news, abonnez-vous à notre newsletter !

1 newsletter par semaine, pas de pub !

0