Suivez-nous
Rosin Rosin

Qu’est-ce que la rosin ?

La rosin fait référence à un processus d’extraction de cannabis qui utilise une combinaison de chaleur et de pression pour faire couler quasiment instantanément une résine à partir de têtes de cannabis. Le mot anglais « rosin » désigne à l’origine la colophane, un produit utilisé pour graisser les archers de violon, et dont la fabrication a inspiré celle de la rosin cannabique.

PUBLICITE

Cette méthode d’extraction est assez souple pour utiliser soit des fleurs séchées, du hash ou du kief. Le résultat est un produit translucide, aux airs de sève et parfois de shatter. Lorsqu’elle est bien faite, la rosin peut rivaliser en saveurs, en puissance et en rendement avec les extractions à base de solvant.

Rosin

Histoire de la rosin

Bien qu’elle ait pu être fabriquée accidentellement il y a longtemps et que son origine fasse l’objet de nombreux débats, la rosin a été présentée pour la première fois à la communauté du cannabis par ICMag en 2006 par un membre du forum, Compashon. Elle n’a gagné en notoriété qu’en 2015 lorsque Phil « Soilgrown » Salazar a commencé à en fabriquer et à en prendre des photos alors qu’il tentait d’utiliser du hasch de moindre qualité.

En pressant le hasch pour l’aplatir, Salazar a remarqué que de la résine commençait à sortir sur le côté, laissant le hasch original sec et inutilisable. Pensant être tombé sur une nouvelle technique, il a pris un morceau de haschisch, l’a placé entre du papier sulfurisé et l’a pressé contre un nail chaud. Il en ressort de l’huile, désormais connue sous le nom de rosin. Il a commencé à utiliser un lisseur à cheveux après avoir expérimenté avec le fer à friser de sa femme. Elle lui a suggéré d’utiliser le fer à lisser, et après avoir manqué de hasch, il a commencé à utiliser des fleurs. L’huile est apparue de la même façon.

Dans les années qui ont suivi, la production de colophane a évolué pour utiliser des écrans et des presses industrielles afin de produire en masse des produits plus cohérents.

PUBLICITE

Matière première de la rosin

Diverses matières premières peuvent être utilisées pour créer de la colophane. Le matériel d’entrée peut affecter la quantité de contaminants végétaux restant dans la colophane, ce qui a un impact sur la qualité de la colophane. La colophane produite à partir de fleurs sera différente de la colophane produite à partir de kief ou de hachis de glace, par exemple.

Têtes

La colophane provenant des fleurs de cannabis contient généralement des contaminants sous forme de matériel végétal qui se retrouvent dans le produit final. Il s’agit généralement de petits morceaux, mais ils peuvent faire une grande différence dans la saveur de la colophane. Le matériel végétal ajoutera une couche de saveur brûlée à l’expérience globale. Pour éviter d’avoir trop de matériel végétal dans votre colophane, essayez d’utiliser un écran à colophane ou un sac à mailles.

Tamiser à sec le kief ou le hash

Le kief est la collecte des glandes de trichomes du cannabis. La fabrication de colophane à partir de kief ajoute une étape supplémentaire au processus de préparation, mais la colophane est généralement plus propre, car les trichomes sont retirés des bourgeons avant d’être exposés à la chaleur et à la pression. Cette étape supplémentaire garantit qu’aucune impureté végétale ne se retrouve dans le produit final. Le hasch est du kief pressé en une masse solide, il en va de même pour la fabrication de colophane à partir de hasch ou de hasch glacé (hasch obtenu en agitant les plantes dans un bain de glace).

Live resin versus rosin

Bien que les termes se distinguent par une seule lettre, il existe une différence majeure entre la live resin et la live rosin. Les deux produits sont fabriqués à partir de plantes fraîches ou de plantes qui ont été congelées avant d’être traitées ou séchées. Cela permet de préserver autant de terpènes et de cannabinoïdes que possible. La résine est ensuite fabriquée selon le processus habituel d’extraction par solvant chimique, ce qui donne du BHO ou quelque chose de similaire.

PUBLICITE

Pour la live rosin, le matériel végétal est d’abord transformé en hachisch à bulles à l’aide d’un bain d’eau glacée et d’un système de sacs à mailles pour séparer les trichomes de la plante. Le haschisch ainsi obtenu peut ensuite être pressé pour obtenir de la live rosin, un concentré puissant et sans solvant qui retient plus de terpènes et de cannabinoïdes que les autres concentrés, tout en restant exempt de solvants résiduels.

Pourquoi la rosin est si populaire ?

Une des raisons de la popularité de la rosin est sans doute qu’elle se prépare sans-solvant. La fabrication de la rosin se base sur un procédé mécanique qui implique de la chaleur et de la pression pour extraire la résine de la plante.

Contrairement aux extractions réalisées à base de butane ou de propane et qui nécessitent un certain temps de purge pour se débarrasser des résidus de solvants, la rosin n’a pas besoin de retravail une fois extraite et peut se consommer sitôt l’extraction finie.

Au-delà de ces considérations sanitaires et techniques, la rosin a également été adoptée pour sa simplicité de fabrication. Aucun diplôme de chimiste n’est demandé, et les risques liés à l’extraction sont minimes.

Pour faire de la rosin, vous n’aurez besoin que :

  • d’un lisseur à cheveux
  • du papier cuisson
  • un outil pour récolter la rosin, un dabber par exemple
  • des gants résistants à la chaleur (la sécurité d’abord !)

Il existe bien sûr des presses à rosin plus sophistiquées, certaines manuelles, d’autres hydrauliques, pour parvenir à ses fins.

Test d’extraction de rosin

Nous avons pu, avec JuW de Légalisation Douce, tester la Tarik Rosin grâce à LaCentraleVapeur et Dab French Conne710n. La Tarik Rosin n’est rien d’autre qu’une presse d’extraction manuelle qui reprend le concept du fer à lisser, mais propose une plus grande surface de chauffe et un contrôle plus précis de la température.

Outils pour la Tarik Rosin

Tarik Rosin, oil slick wrap, oil slick mini, dabber et vaporisateur à concentrés

Le fonctionnement est simple : il suffit de laisser l’appareil monter en température, mettre une tête dans l’oil slick wrap (l’évolution du papier cuisson), maximum 1g, presser le tout et récolter la rosin.

Après coup, voici quelques astuces pour que votre test de rosin se passe bien :

  • Assurez-vous que votre weed ne soit pas trop sèche. Si elle est croustillante, vous aurez du mal à extraire de la rosin. Dans ce cas, réhumidifiez-la en la plaçant dans un Tupperware fermé, accompagnée d’un sopalin humide emballé dans du papier alu troué. 6h de réhumidification devraient suffire.
  • Avant de presser vos têtes, vous pouvez les laisser chauffer une dizaine de secondes à l’intérieur de leur papier cuisson, en appuyant légèrement sur la partie supérieure de la presse.
  • Question température, nous avons fait plusieurs tests : 150°C pendant 10 secondes et 110°C pendant 40 secondes. Les températures élevées détruisent en principe plus de terpènes et de cannabinoïdes, certains préféreront donc les températures plus basses, avec un résultat plus proche du shatter que de l’huile. De notre côté, la période la plus courte, avec une forte pression, nous donnait de bons résultats.
  • Travaillez à l’oreille. au bout de 5 à 7 secondes à 150°C, on entend un grésillement qui indique que l’extraction est en train de se faire (plus précisément, la sublimation). Lorsque vous y êtes, relâchez la pression pendant 1 à 2 secondes et retirez le papier cuisson de la presse.
  • Enlever la résine de son papier peut être fastidieux, même avec le bon outil. Certains recommandent de passer l’extraction 10s au congélateur pour la refroidir et la récolter plus facilement.

Certaines variétés de cannabis produiront plus de rosin que d’autres. Vous pourriez donc être déçus si vous essayez avec la première weed venue. Les rendements de la rosin sont entre 10 et 20%, ce qui signifie que si vous disposez de 10g de weed, vous n’obtiendrez « que » 1 à 2g de rosin.

La rosin peut ensuite être ajoutée à un joint, consommée en dab ou en vaporisateur pour profiter au mieux de ses terpènes et de ses cannabinoïdes. Les vaporisateurs comme l’Omicron V2.5 sont faits exprès pour la consommation de concentrés.


Aurélien a créé Newsweed en 2015. Particulièrement intéressé par les régulations internationales et les différents marchés du cannabis, il a également une connaissance extensive de la plante et de ses utilisations.

Green Friday
Silent Seeds

Sites partenaires

Suivez toute l’actualité des vaporisateurs sur LesVapos, tests et conseils d’achats pour vaporisateurs à herbes séchées et concentrés.


Acheter des graines de cannabis féminisées et autoflorissantes en direct de la Barney’s Farm d’Amsterdam, graines gratuites avec chaque commande.

Si vous êtes au Royaume-Uni et avez besoin d’étonnantes Cali Weed Strain Seeds, Barney’s Farm a la meilleure sélection.


Découvrez les fleurs de CBD avec Le Chanvrier Français

Ne manquez aucune news, abonnez-vous à notre newsletter !

1 newsletter par semaine, pas de pub !