Suivez-nous
Cannabicitran Cannabicitran

La plante et ses composés

Qu’est-ce que le cannabitriol (CBT) ?

Le cannabitriol (CBT) est un des 130 (et plus) cannabinoïdes présents dans la plante de cannabis. Le CBT a une structure chimique similaire à celle du tétrahydrocannabinol (THC).

PUBLICITE

Le CBT a été découvert en 1966 à la suite d’une étude de différents cannabinoïdes dans la plante de cannabis. Comme le CBT se trouve en quantités infimes, beaucoup moins que le THC et le CBD, peu d’études ont été réalisées sur ce composé.

En 2014, un chercheur jamaïcain a pu isoler le composé tout en travaillant à identifier et à nommer d’autres composés. Quelques avantages potentiels pour la santé ont été découverts récemment, mais les études sont toujours en cours et des analyses supplémentaires sont nécessaires.

Comme tous les autres cannabinoïdes qui existent, le CBT est obtenu à partir de la plante de cannabis lors de sa formation chimique. Le CBT peut également subir une décarboxylation, qui élimine un groupe acide et active les cannabinoïdes.

Comment agit le CBT ?

Les chercheurs ne savent toujours pas comment fonctionne le CBT. Bien qu’il ait une structure similaire à celle du THC, et soit naturellement synthétisé à partir du THCa, la version acide du THC, on pense que le CBT empêche certains des effets psychoactifs du THC.

PUBLICITE

La plupart des cannabinoïdes contiennent deux groupes principaux, un groupe alcool et un groupe phénol. Ces groupes influencent les bienfaits globaux et la façon dont chaque cannabinoïde interagit avec le corps.

Bien que la structure du CBT soit très proche de celle du THC, les deux groupes du CBT sont des alcools, contrairement au THC. Cela signifie qu’il y a une différence dans ce que nous devons attendre de ce composé en termes de bénéfices et d’effets. De nombreux autres cannabinoïdes contiennent un groupe phénol, mais pas le CBT.

De nombreux rapport utilisateurs rapportent un effet très légèrement psychoactif, avec une augmentation de la vivacité des couleurs et des sons.

Bienfaits thérapeutiques possibles

La CBT est encore à l’étude, mais les quelques études publiées montrent des bénéfices prometteurs pour la santé.

PUBLICITE

Glaucome

Une étude menée par Mahmoud Elsohly a montré que le CBT réduisait la pression intraoculaire (PIO) chez les lapins. Bien qu’aucune étude humaine n’ait été réalisée sur le CBT et le glaucome, cette première étude semble prometteuse et nous attendons avec impatience de nouvelles recherches.

Réduction des effets psychoactifs du THC

Une étude publiée en 2007 a montré que le CBT pourrait être l’un des principaux cannabinoïdes responsables de la réduction des effets psychoactifs du THC. Cela présente un grand potentiel thérapeutique pour les personnes qui peuvent être intéressées par les bienfaits du THC pour la santé, mais qui ne sont pas intéressées par ses effets psychoactifs.

Effet d’entourage

Des études antérieures ont montré que les bienfaits pour la santé de cannabinoïdes comme le CBD sont amplifiés en présence d’autres cannabinoïdes comme le THC. Bien qu’il n’y ait pas encore beaucoup d’études sur le CBD, on suppose qu’il participe à l’effet d’entourage des cannabinoïdes en raison de sa structure chimique.

9 formes de CBT

Depuis sa découverte en 1966, les scientifiques ont analysé et confirmé la présence d’au moins neuf types différents de CBT, chacun présentant une légère différence dans sa structure moléculaire et son composé de base, le plus connu étant le cannabicitran.

Le cannabicitran

Le cannabicitran, également connu sous le nom de CBT-C, est l’un des nombreux sous-ensembles de ce composé biosynthétisé dans le cannabis parmi la série des olivétols. Ce composé, que l’on trouve à des concentrations maximales dans les distillats (1 à 5 %) du Cannabis sativa (type III), serait synthétisé à partir de la molécule précurseur CBDa, d’où sa faible psychoactivité.

Avant son identification dans le haschisch libanais, un composé similaire, le « cannabis cytrilidène », avait été synthétisé par le chimiste Leslie Crombie en 1971. Ce composé a été appelé ainsi en raison de sa ressemblance avec un produit naturel de la plante de cannabis – découvert les années suivantes. Depuis l’isolement de ce phytocannabinoïde, de nombreuses théories sur sa fonction et ses bienfaits sont apparues et ont été contestées. Néanmoins, une étude menée par Mahmoud Elsohly a découvert que le CBT réduisait la pression oculaire chez les lapins, ce qui en fait un traitement potentiel du glaucome et d’autres affections connexes.

Parmi les nombreux phytocannabinoïdes, le cannabicitran, classé comme un composé di-éther, a une relation chimique analogue au CBD, comme le CBD l’est au THC, et on peut dire qu’il contribue à l’effet d’entourage de la plante. Grâce à cette relation, il gagne en popularité en tant qu’élément thérapeutique dans l’industrie du chanvre et est maintenant formulé en teintures, huiles, extraits et formes concentrées.

En raison des restrictions imposées par la législation sur le cannabis, peu d’études ont été menées sur les avantages et les effets indésirables du cannabicitran. Cependant, en 2007, une recherche visant à identifier les effets de dépendance du THC – en cherchant des atténuateurs aux composants psychoactifs du THC – a montré que le CBT-C servait d’anticorps à la transformation chimique causée par le THC et servira donc d’atténuateur efficace aux effets psychoactifs du THC.

Le cannabinoïde CBT-C peut également servir de marqueur pendant les tests chromatographiques des cannabinoïdes, car il est retenu le plus longtemps sur la colonne pendant l’analyse ; il indique donc la fin de l’analyse de l’échantillon. La première référence en ligne au CBT-C remonte à 1970, lorsqu’un chimiste utilisant la chromatographie flash en phase normale a isolé le CBG d’un distillat de chanvre riche en CBD. Constatant l’effet de cette technique, il a pensé à inverser le processus en utilisant la chromatographie flash en phase inversée, ce qui lui a permis de recueillir d’autres composés, dont le Cannabicitran.

En 2011, le CBT-C a finalement été confirmé comme cannabinoïde dans une publication de journal sur l’examen du Cannabis sativa L. mâle en utilisant une méthode chromatographique moderne – la chromatographie en phase gazeuse avec détecteur d’ionisation de flamme et la chromatographie en phase gazeuse-spectrométrie de masse. Contrairement à la classe affiliée au composé, il a également été isolé de la plante médicinale chinoise Rhododendron Anthopogonoides, largement utilisée dans le traitement des bronchites et autres affections respiratoires.

Les données sur les caractéristiques et les avantages de ce composé restent très insuffisantes, mais avec l’élargissement des connaissances et une plus grande ouverture à la découverte des trésors cachés, l’accent peut maintenant être mis sur la compréhension des autres cannabinoïdes mineurs.

Ne manquez aucune news, abonnez-vous à notre newsletter !

1 newsletter par semaine, pas de pub !