Suivez-nous

Cannabis au Maroc

La plupart du cannabis européen vient toujours du Maroc

Cannabis du Maroc

Le rapport 2015 de l’Organe International de Contrôle des Stupéfiants (OICS) rapporte que le Maroc reste le producteur n°1 de cannabis au monde et le principal fournisseur de résine de cannabis en Europe.

PUBLICITE

L’organe affilié aux Nations Unies note que depuis sa dernière visite en 2009, le royaume du Maroc a montré un haut niveau de coopération dans ses efforts anti-stupéfiants, notamment dans la prévention auprès des citoyens consommateurs de cannabis, dans la réduction des terres cultivant la plante et dans le traitement de l’addiction aux stupéfiants.

En 2013, le Maroc déclarait qu’environ 47000 hectares étaient utilisés pour la récolte de cannabis au sein de ses frontières. A la lumière des efforts marocains dans la réduction de la prévalence de la plante, l’OICS s’attend à une diminution de la surface cultivée à 34000 hectares dans les prochaines années.

Au-delà de ces légères avancées dans le contrôle de la production et la consommation de cannabis, le Maroc s’inscrit de plus en plus dans le trafic de cocaïne.

« Alors que les saisies de cannabis ont, selon les autorités marocaines, diminué drastiquement depuis 2012, le pays est témoin de l’émergence du trafic de cocaïne, qui est importé illégalement du Brésil et transite en Afrique de l’Ouest et le Maroc pour atteindre l’Europe » note le rapport.

PUBLICITE

L’Espagne, le principal point d’entrée en Europe du cannabis produit au Maroc, saisit plus de deux tiers du volume total du shit saisi en Europe.

En outre, bien que les efforts répressifs ont amené une réduction de la surface utilisée pour la culture de cannabis, la concentration de THC dans la résine de cannabis marocaine continue à augmenter, à la fois à cause de l’introduction de techniques de production intensive et la mise en culture de plantes à forte teneur en THC.

En 2014, le Maroc, l’Afghanistan, le Liban et le Pakistan étaient les principaux pays d’origine de la résine de cannabis consommée en Europe de l’Ouest.

Aurélien a créé Newsweed en 2015. Particulièrement intéressé par les régulations internationales et les différents marchés du cannabis, il a également une connaissance extensive de la plante et de ses utilisations.

Cliquez pour commenter

Vous devez être connectés pour poster un commentaire Connexion

Laisser un commentaire

Cannabis au Maroc

Le Maroc sur la piste de la légalisation du cannabis

Légalisation du cannabis au Maroc

Le conseil de Tanger-Tétouan-Al Hoceïma, la région du Nord du Maroc, a approuvé début juillet la réalisation d’une étude sur les opportunités de cultiver du cannabis dans la région.

PUBLICITE

Le rapport sera confié à l’Institut scientifique de l’Université Mohammed V à Rabat, pour un coût avoisinant le million de dirhams (90 000€). Le ministère de l’Intérieur doit encore donner son feu vert avant le lancement de l’étude, qui s’attardera notamment sur les propriétés thérapeutiques et pharmacologiques du cannabis.

Selon les estimations de Prohibition Partners, le Maroc pourrait drainer 9 milliards d’euros de revenus de la culture du cannabis en cas de légalisation et de régulation du secteur. Le Maroc n’est bien sûr par le seul pays du continent africain intéressé par le cannabis : le Lesotho a commencé à produire du cannabis médical, tout comme le Zimbabwe. Et l’Afrique du Sud est en train de légaliser le cannabis pour les adultes.

80% de la production du cannabis au Maroc est actuellement destinée à l’export selon les chiffres de 2017. Les 20% restants sont réservés à la consommation locale. Entre 90000 et 140000 familles vivent de la culture et de la commercialisation du cannabis dans le nord du Maroc. La filière emploierait environ 800.000 personnes et représenterait 23% du PIB marocain.

Le chanvre connaît bien sûr d’autres utilisations qui intéressent également le Maroc : dans la construction, notamment l’isolation, pour les cosmétiques, la fabrication d’huiles, de litières, l’utilisation sous forme de combustibles, en papeterie, pour l’alimentation humaine et animale, les biocarburants ou encore comme matériaux composites en association avec des matières plastiques.

PUBLICITE

En 2015, des élus du Parti Authenticité et Modernité (PAM), parti de l’opposition, avaient déposé une proposition de loi pour légaliser le cannabis à usage industriel et thérapeutique. La proposition de loi n’a jamais été mise à l’ordre du jour du Parlement.

Continuer la lecture

Trending

Ne manquez aucune news, abonnez-vous à notre newsletter !

1 newsletter par semaine, pas de pub !

0global