Extractions de cannabis : le guide pour débutants

Guide des concentrés de cannabis

Les extractions de cannabis sont une nouvelle forme de produits issus du cannabis. Limitées à quelques passionnés sur notre continent, les extractions se développent beaucoup aux Etats-Unis. Voici un guide pour ne pas perdre le fil !

Les extractions de cannabis, aussi appelées concentrés de cannabis, sont réalisées en séparant les cannabinoïdes et les terpènes de la plante. Certaines extractions utilisent la plante entière, d’autres seulement certaines parties comme les têtes ou les restes du nettoyage des têtes, le trim. Il existe principalement deux méthodes d’extraction :

  • avec solvant : un produit chimique sépare les cannabinoïdes de la plante. Le solvant dissout les bonnes parties de la plante comme le THC ou le CBD et laisse la chlorophylle et la matière végétale de côté. Le solvant est ensuite éliminé, souvent avec une évaporation forcée dans une chambre à vide ou en le chauffant. Restent alors seulement les cannabinoïdes. Le résultat est dit « pur » lorsqu’il contient peu de graisse, d’huile et de matière végétale
  • sans solvant ou mécanique : la résine est extraite de la plante sous l’effet de la pression ou en faisant tomber les trichomes

Les patients médicaux qui se soucieront davantage de la pureté des concentrés préféreront ceux qui n’utilisent pas de solvant.

A lire : Le 710, le 420 des dabbeurs

Termes de base

Ces termes font référence à la consistance des extraits, et sont souvent utilisés pour désigner chaque type d’extrait.

Crumble (miettes): extrait sec, en morceaux friables

Wax (cire): collante, élastique, tient ensemble quand il est froid

Shatter : dur comme un caramel froid

Live résine : extrait issu des plantes fraîches, non séchées

Concentrés de cannabis
Crumble et shatters

Types de concentrés de cannabis

Kief

  • Solvant : aucun
  • Procédé : l’extraction la plus simple, à partir des trichomes séchés collectés pendant le nettoyage des têtes ou en frottant les têtes de cannabis sur un tamis
  • Résultat : poudre fine

Le kief peut être fumé directement, mais brûle rapidement. Il fait également une excellente base pour réaliser d’autres concentrés.

Hash

  • Solvant : parfois de l’éthanol, mais peut être produit sans solvant
  • Procédé : le hash est fabriqué en pressant du kief
  • Résultat : colle pour former des morceaux solides comme un gros Carambar
Hash
Hash

Le hash est une des plus vieilles méthodes d’extraction du cannabis, et une des formes du cannabis les plus répandues, qui ne requière que du kief et de la pression. Certains haschisch rares comme le Charas comptent parmi les meilleurs du monde.

Bubble Hash

  • Solvant : aucun, de la glace est utilisée
  • Procédé : les têtes ou les trims sont passés à travers une série de sacs (les Bubble bags) après avoir été plongés dans la glace
  • Résultat : ressemble à du hash traditionnel, avec plus de trichomes captés par l’extraction à froid

Le bubble hash est une des méthodes d’extraction les plus populaires car sans risque et relativement facile

ISO Hash

  • Solvant : l’éthanol ou l’alcool isopropylique
  • Procédé : l’alcool extrait les cannabinoïdes puis s’évapore
  • Résultat : d’une huile goudronneuse à du shatter
Iso Hash
Iso Hash

Le ISO Hash est populaire parmi les fumeurs-bricoleurs qui ne sont pas gênés par avoir des produits chimiques dans leur concentré. Le goût du concentré souffre un peu dans ce procédé.

BHO (Butane Hash Oil)

  • Solvant : du butane
  • Procédé : les cannabinoïdes de la plante sont extraits en utilisant du butane
  • Résultat : d’une huile paraffinique à un shatter très dur

Le BHO nécessite du matériel et des connaissances techniques. Il doit être testé avant d’être consommer pour garantir qu’il ne reste pas de butane à l’intérieur du concentré, et est plébiscité par les amateurs de dabbing, comme les autres concentrés à base de solvant..

CO2 Oil

  • Solvant : CO2
  • Procédé : des machines coûteuses utilisent la pression et le CO2, dans un procédé appelé extraction par fluide supercritique, qui sépare les cannabinoïdes de la plante
  • Résultat : de liquide, souvent utilisé dans des vaporisateurs stylos, à une consistance cireuse
Huile de cannabis
Un exemple d’huile de cannabis

L’huile CO2 est plus propre que le BHO, mais plus onéreuse à produire

Budder

  • Solvant : du butane
  • Procédé : la plante est battue, comme du beurre, à une certaine température
  • Résultat: une matière comme le beurre de cacahuètes
Budder
Du budder

Ce procédé préserve plus de terpènes que les autres méthodes, conservant ainsi au maximum les arômes de la plante. Le budder tend à être moins concentré en THC que les autres extraits.

Teintures

  • Solvant : alcool
  • Procédé : les cannabinoïdes sont extraits alors qu’ils sont suspendus dans l’alcool
  • Résultat : une liqueur d’alcool aux cannabinoïdes
Teinture de cannabis
Teinture de cannabis

Les teintures de cannabis utilisent de l’alcool alimentaire, ce qui sa consommation « sûre », pour autant qu’on puisse absorber de l’alcool. Elles sont vendues en goutte-à-gouttes et produites par exemple par les Soeurs de la Vallée. On les connaît parfois sous le nom de Green Dragon.

Rosin

  • Solvant : aucun. L’extrait est produit à partir de chaleur et de pression
  • Procédé : un lisseur à cheveux, du papier kraft, et de la pression
  • Résultat : entre de la sève et du shatter
Rosin
Rosin

Le rosin est de plus en plus populaire en raison de sa simplicité de fabrication et de la pureté du produit final.

L’huile de Rick Simpson (RSO)

  • Solvant : du naphta pure ou de l’alcool isopropylique
  • Procédé : Toutes la plante est extraite dans de l’alcool
  • Résultat : un goudron collant, contenant de hauts de tous les cannabinoïdes présents dans la plante, en fonction de sa variété
Huile de Rick Simpson
Huile de Rick Simpson

Développé en 2003 par Rick Simpson, le RSO devient une alternative populaire au traitement contre le cancer. Le RSO est aussi un onguent très efficace.

Vous avez aimé cet article ? Suivez-nous sur Facebook !