Anatomie du cannabis : les parties de la plante

Lorsqu’on examine une tête de cannabis, on s’aperçoit de la complexité des différentes parties : des petits cheveux oranges, des cristaux ressemblant à du sucre, des gros boutons enrobés de petites feuilles… Mais quelles sont en détail ces différentes formations ? Et à quoi servent-elles ?

Ce bref guide de l’anatomie du Cannabis vous servira à vous familiariser avec la plante dans son entièreté.

Mâles et femelles

Les plantes de Cannabis peuvent être mâles, femelles ou hermaphrodites, mais les plantes qui sont consommées sont des fleurs femelles.

Les plantes femelles produisent les fameuses fleurs résineuses qui sont récoltées puis nettoyées, et souvent taillées dans la forme qu’on connait. Les mâles produisent eux des fleurs en clochettes à la base des feuilles. Les plantes mâles pollinisent les femelles pour initier la production de graines. Les fleurs qui sont consommées vient de plantes femelles sans graines, appelées sinsemilla, qui forment de grosses têtes riches en cannabinoïdes sans jamais produire de graines.

Les rares plantes hermaphrodites ontiennent à la fois les organes mâles et femelles qui permet à la plante de se polliniser elle-même pendant la floraison. Cette auto-pollinisation est typiquement vue comme une nuisance parmi les cultivateurs. La plante reproduit en effet ses gênes d’hermaphrodite et produit des graines.

Les cultivateurs professionnels et légaux s’assurent généralement du sexe de leur plante en faisant pousser des clones de plant femelle. Il existe également aujourd’hui des graines féminisées qui donneront quasiment à coup sûr des plantes femelles.

Anatomie du cannabis

Morphologie du cannabis

Le Cannabis est composé de plusieurs parties, comme la plupart des espces ordinaires de fleurs. Le Cannabis se développe sur de longues tiges minces avec ses grandes et iconiques feuilles qui s’étendent à partir d’une zone appelée nœud.

Le cannabis se démarque vraiment par ses fleurs dont la formation et la complexité intriguent toujours autant.

Tête

Ce qu’on appelle tête sont en fait les sommités florales de la plante. Des plantes en bonne santé développent généralement une tête principale, avec de plus petites têtes qui se forment autour de la plante. Certaines techniques de culture comme le SCROG ou le LST permettent d’augmenter le nombre et le volume des têtes que la plante produira.

Calice

Pour l’oeil maladroit, les têtes de cannabis ne sont qu’un enchevêtrement de feuilles, mais sont en fait composées de plusieurs éléments. Le calice est l’enveloppe végétale en forme de larme qui contient les graines. Dans le cas des sinsemilla, ces enveloppes ne contiennent pas de gaines. Elles se développent cependant autour de deux pistils qui produiront la résine et recouvrira la surface des calices. Les calices se présentent sous différentes formes, tailles et couleurs en fonction des variétés et des techniques de culture.

Pistil

Autour des calices se trouvent donc les pistils, ces petits cheveux rouge-orange en fin de floraison. Ils servent originellement à collecter le pollen des mâles. Ils naissent blanc mais vont progressivement vers du jaune, orange, rouge ou brun au cours de la maturation de la plante. Ils jouent un rôle important dans la reproduction de la plante mais n’apporte que peu de goût ou de puissance.

Trichomes

En dépit de leur taille minuscule, les trichomes sont ces cristaux qu’on voit sur les feuilles et les fleurs de cannabis. Cette résine, qui donne le kief une fois séchée, est sécrétée par des glandes translucides en forme de champignon. Les trichomes servent à l’origine à protéger la plante contre les prédateurs et les éléments. Ces globes bulbeux produisent également des huiles aromatiques appelées terpènes et les fameux cannabinoïdes comme le THC ou le CBD. Le hash est produit à partir de ces trichomes et de leur résine puissante.

Vous avez aimé cet article ? Suivez-nous sur Facebook !