Willie Nelson

Willie Nelson est un chanteur américain de musique country. Né le 29 avril 1933 à Abbott au Texas, c’est un grand activiste pour la légalisation du cannabis aux Etats-Unis.

Il a été élevé par ses grands-parents. A l’âge de 7 ans, il apprend à chanter et à jouer de la guitare. Il rejoint son premier groupe de musique à l’âge de 10 ans. Alors élève au lycée d’Abbott, il rejoint un groupe appelé Bohemian Polka, où ils entament des tournées locales.

Après son diplôme, il rejoint l’US Air Force mais à cause de ses problèmes de dos il y restera moins d’un an. Par la suite, il démarre une carrière musicale et connaît un succès grandissant. Willie Nelson est rattaché au style outlaw country, un sous genre de musique country qui se veut « hors-la-loi » en opposition à la musique de country traditionnelle. Il a déménagé à Nashville dans le Tenneessee, puis à Austin au Texas. Dans les années 60, ses titres Crazy, Touch Me ou encore Willingly se hissent au Top Ten.

Il connaît un grand succès et sort son livre en 1988 intitulé : Willie Nelson, An Autiography. En 1993, il apparaît sur le tableau d’honneur de la musique country. Il devient une légende musicale et il a même le droit à une rue à son effigie à Austin : La Willie Nelson Boulevard.

Willie Nelson et sa relation avec cannabis

Willie Nelson fumait à la fois des cigarettes et du cannabis. Il a été arrêté une première fois en 1975 à Austin pour possession de cannabis. Il fumait également deux à trois paquets par jour. Mais en 1981, alors qu’il nageait dans les eaux d’Hawaii, ses poumons se sont congédiés et il a dû être hospitalisé au Maui Memorial Hospital, où il souffrait d’une pneumonie. A la suite de cela, il a du faire un choix : Arrêter les joints ou les clopes. Il décida alors de ne plus fumer de cigarettes.

Après avoir été arrêté à nouveau en 2010 pour possession de cannabis à Sierra Blanca (Texas) où les forces de l’ordre avaient trouvé 150 grammes d’herbe dans son bus de tournée, il décide de devenir un militant pro-cannabis et crée son mouvement, la Tea Pot Party dont la devise est « Tax it, regulate it and legalize it ! ».

Dans une interview après son arrestation, il affirme : « Je ne bois plus. L’alcool a toujours été mon plus gros problème. Je n’ai pas consommé de cocaïne ou quoi que ce soit. L’alcool a toujours été mon ennemi et aussi bien que je me souvienne dès que j’ai arrêté d’en consommer et de fumer des cigarettes, tous mes problèmes se sont envolés ».

Sa page Facebook recense aujourd’hui plus de 110.000 fans. Il a le soutien de nombreuses célébrités dont le rappeur de la West Coast Snoop Dogg ou encore le comédien Tommy Chong. Ce dernier a d’ailleurs exprimé à son sujet : « Si Willie s’implique dans quelque chose, on peut être sur que ca être gros et que tu vas te prendre une grosse claque ! »

Par ailleurs, une statue en son honneur a été dévoilée le 20 avril 2012. Une cérémonie était prévue à cette occasion, à 4h20 précises. Le chanteur a joué et chanté son célèbre titre Roll Me Up and Smoke Me When I Die 

Aujourd’hui, Willie Nelson est co-président de la NORML, une organisation non-lucrative partisane de la légalisation du cannabis. Il s’est lancé en 2016 dans le marché du cannabis aux Etats-Unis où il a crée sa propre marque de cannabis, la Willie’s Reserve.

Il vit au sein d’une communauté auto-suffisante où toutes les maisons n’utilisent que de l’électricité solaire dans la ville de Maui à Hawaii.