Suivez-nous

Carl Sagan : comment le cannabis a approfondi sa créativité, son empathie et son état d’esprit

Publié

le

Carl Sagan est l’une des célébrités scientifiques les plus connues et les plus admirées du XXe siècle. En tant que planétologue, il a apporté des idées visionnaires sur les atmosphères de Mars, Vénus et Europe, la lune de Jupiter. En tant que présentateur de la série documentaire Cosmos, il a emmené des millions de téléspectateurs dans une visite guidée de l’univers. Sagan a écrit sur une grande variété de sujets, dont le besoin de vérité dans le discours public, la paix dans le monde et le changement climatique, des sujets qui résonnent actuellement.

PUBLICITE

En tant que défenseur du cannabis, il était aussi en avance sur son temps de plusieurs décennies.

Il a pourtant sagement gardé ses positions pro-cannabis pour lui, la « guerre contre la drogue » régnant. En revanche, en groupe restreint, il professait son amour de la plante avec une éloquence passionnée – allant même jusqu’à rédiger un essai anonyme (sous le pseudonyme de « M. X ») pour le livre Marihuana Reconsidered de son ami Lester Grinspoon en 1971, que vous pouvez trouver traduit en français ici.

Une grande partie de la correspondance de Sagan sur le cannabis n’a été mise au jour que ces dernières années, révélant une facette longtemps cachée de la vie complexe de cet homme – une facette dans laquelle les cannabinoïdes l’ont aidé à renouer avec des souvenirs de sa petite enfance, à trouver de nouvelles idées mathématiques, à élargir son appréciation de l’art et de la musique et à approfondir son empathie et son amour pour sa femme Ann.

De nouveaux niveaux de perception

La première expérience de Sagan avec le cannabis s’est avérée un peu décevante. Vers 1959, raconte son essai anonyme, il avait atteint une « période de détente dans la vie » après des années de travail scientifique intensif. Au cours de cette période, il se lie d’amitié avec un groupe de personnes qui fument du cannabis « de manière irrégulière, mais avec un plaisir évident ». Pendant des mois, Sagan refusa poliment tous les joints qui lui passaient sous la main, jusqu’à ce qu’un soir, il se décide enfin à faire une expérience.

PUBLICITE

Au bout d’une demi-heure environ, Sagan ne ressentait « aucun effet ». Cependant, les seshs « euphoriques » de ses amis ont convaincu Sagan de continuer à essayer – et à sa sixième ou septième tentative, l’alchimie s’est faite :

« J’étais allongé sur le dos dans le salon d’un ami, examinant oisivement le motif des ombres projetées au plafond par une plante en pot… J’ai soudain réalisé que j’étais en train d’examiner une Volkswagen miniature aux détails complexes, distinctement délimitée par les ombres… Lorsque j’ai fermé les yeux, j’ai été stupéfait de constater qu’un film se déroulait à l’intérieur de mes paupières… une simple scène de campagne avec une ferme rouge, un ciel bleu, des nuages blancs, un chemin jaune serpentant sur des collines vertes jusqu’à l’horizon… des teintes d’une profondeur exquise, et étonnamment harmonieuses dans leur juxtaposition. »

Bien qu’il ait clairement compris qu’il était en train d’halluciner, Sagan était toujours « convaincu qu’il existe des niveaux de perception authentiques et valables avec le cannabis. » Il est rapidement devenu un fumeur régulier – bien que relativement léger – et le restera jusqu’à la fin de sa vie.

Alors que son personnage public continuait d’écrire des livres de vulgarisation scientifique et d’animer des émissions spéciales à la télévision, Sagan a poursuivi sa propre ligne de recherche dans le secret le plus complet, en documentant avec diligence les phénomènes mentaux extraordinaires qu’il a expérimentés sous l’effet du cannabis.

PUBLICITE

Des éclairs d’introspection

Les récits de voyage de Sagan ressemblent parfois plus à des manuels de logiciels qu’à des textes spirituels, mais c’est là une grande partie de leur attrait unique. Par-dessus tout, Sagan était un communicateur scientifique clair et précis, et c’est la perspective qu’il a apportée à ses voyages dans le cannabis. Quel autre être humain, par exemple, décrirait en ces termes les visions qu’il a eues les yeux fermés ?

« Un autre aspect intéressant de la théorie de l’information est la prévalence… des dessins animés : juste les contours des figures, des caricatures, pas des photographies. Je pense qu’il s’agit simplement d’une question de compression de l’information ; il serait impossible de saisir le contenu total d’une image avec le contenu informationnel d’une photographie ordinaire, disons 108 bits, dans la fraction de seconde qu’occupe un flash. »

Et puis il y a eu la fois où il a pris une douche alors qu’il était défoncé, et où il a fini par dessiner des diagrammes statistiques en savon sur le carreau du mur – puis par traduire ces idées en essais universitaires :

« J’avais une idée sur les origines et les invalidités du racisme en termes de courbes de distribution gaussiennes… J’ai dessiné les courbes dans du savon sur le mur de la douche, et je suis allé écrire l’idée. Une idée a mené à une autre, et à la fin d’environ une heure de travail extrêmement dur, j’ai découvert que j’avais écrit onze courts essais sur un large éventail de sujets sociaux, politiques, philosophiques et biologiques humains. »

Bien sûr, le cannabis n’était pas le seul responsable de ces productions. Selon Sagan, la plante a aidé à rationaliser la pollinisation croisée mentale entre les diverses disciplines scientifiques et mathématiques qu’il avait étudiées au niveau universitaire.

Sagan était particulièrement désireux de réfuter le « mythe répandu à propos de ce type de défonce : le consommateur a l’illusion d’une grande perspicacité, mais celle-ci ne survit pas à l’examen du matin ». Il était « convaincu qu’il s’agit d’une erreur, et que les… intuitions obtenues quand on est défoncé sont réelles ».

Le principal problème, selon lui, était de « mettre ces idées sous une forme acceptable pour le moi tout à fait différent que nous sommes lorsque nous sommes à terre le lendemain ». Il a résolu ce problème en consignant ses « highdeas » dans les moindres détails, puis en analysant et en affinant les bonnes dans les jours qui suivaient.

La mémoire prodigieuse de Sagan, sa curiosité et sa rationalité ont fourni les matières premières, tandis que le cannabis les a reliées et moulées en réalisations significatives.

Art, musique, empathie et amour

Aussi stimulants que puissent être les sommets scientifiques de Sagan, certains de ses rapports de voyage les plus émouvants ne sont pas axés sur des calculs rationnels, mais sur des expériences émotionnelles et esthétiques : découverte de la musique, exploration de l’art, reviviscence de souvenirs d’enfance et connexion plus profonde avec sa femme grâce à la magie du cannabis.

Pendant une grande partie de sa vie, Sagan a été – de son propre aveu – assez ignorant en matière de musique. Mais avec l’aide du cannabis, il a écrit : « Pour la première fois, j’ai été capable d’entendre les différentes parties d’une harmonie à trois voix et la richesse du contrepoint. »

Dans le même ordre d’idées, il écrit : « l’expérience du cannabis a grandement amélioré mon appréciation de l’art, un sujet que je n’avais jamais beaucoup apprécié auparavant. » Il a découvert une nouvelle capacité à traduire des scènes du monde réel en peintures abstraites colorées dans son esprit – une capacité qu’il n’avait jamais imaginée, et encore moins essayée de développer, avant que le cannabis ne l’éveille.

Son point de vue sur le cannabis est similaire à celui d’Aldous Huxley sur les psychédéliques. Les deux hommes pensaient que les drogues psychotropes pouvaient modifier notre perception et nous faire passer de notre mode habituel, orienté vers la survie, à un mode qui permet une perception sensorielle unique et des schémas de pensée réfléchis que la société et notre psychologie sont structurées pour garder à distance. Huxley a écrit un livre entier, The Doors of Perception, sur ce phénomène qu’il a appelé « Mind at Large ».

Sagan a également découvert que grâce au cannabis, il pouvait « pénétrer dans le passé, se rappeler des souvenirs d’enfance, des amis, des parents, des jouets, des rues, des odeurs, des sons et des goûts d’une époque disparue ». Il a découvert qu’il était capable de « reconstituer les événements réels de l’enfance qui n’étaient qu’à moitié compris à l’époque. » En d’autres termes, le cannabis lui a permis de revivre ses souvenirs d’enfance dans leurs moindres détails, du point de vue de l’adulte qu’il était, ce qui lui a donné un nouvel éclairage sur des épisodes à moitié oubliés de sa vie.

« Le cannabis nous apporte une conscience que nous passons toute une vie à être entraînés à négliger, à oublier et à chasser de notre esprit. » – Carl Sagan.

Peut-être plus profondément encore, Carl Sagan a découvert que le cannabis augmentait son empathie pour les gens qui l’entouraient, en particulier pour sa femme Ann, consommatrice et partisane de la légalisation, avec qui il a passé de nombreuses heures heureuses à « partager des discussions, des perceptions et de l’humour ». Dans la chambre à coucher, ils ont découvert que le cannabis conférait au sexe « une sensibilité exquise » qui renforçait également leur lien physique. Dans ces moments-là, écrit Sagan, le cannabis lui permet de « donner toute son attention à chaque sensation » et de rester centré sur le présent.

Pour toutes ces raisons, Sagan était fermement convaincu que « la sérénité et la perspicacité, la sensibilité et la camaraderie » favorisées par le cannabis étaient « désespérément nécessaires dans ce monde de plus en plus fou et dangereux ».

Aurélien a créé Newsweed en 2015. Particulièrement intéressé par les régulations internationales et les différents marchés du cannabis, il a également une connaissance extensive de la plante et de ses utilisations.

Green Friday
Silent Seeds

Sites partenaires

Suivez toute l’actualité des vaporisateurs sur LesVapos, tests et conseils d’achats pour vaporisateurs à herbes séchées et concentrés.


Acheter des graines de cannabis féminisées et autoflorissantes en direct de la Barney’s Farm d’Amsterdam, graines gratuites avec chaque commande.

Si vous êtes au Royaume-Uni et avez besoin d’étonnantes Cali Weed Strain Seeds, Barney’s Farm a la meilleure sélection.


Découvrez les fleurs de CBD avec Le Chanvrier Français

Trending

Ne manquez aucune news, abonnez-vous à notre newsletter !

1 newsletter par semaine, pas de pub !