Vancouver : du cannabis gratuit pour lutter contre les overdoses aux opioïdes

high hopes foundation

La fondation High Hopes de Vancouver offre du cannabis aux toxicomanes qui désirent arrêter les drogues dures. L’ouverture de la clinique, il y a de ça un an, est une réponse apportée à la vague d’overdoses aux opioïdes qui ravagent l’Amérique du Nord. Bien qu’illégal, le programme n’a pas eu d’ennuis avec les autorités et ses résultats sont prometteurs. Parallèlement, la recherche corrobore la pertinence de l’entreprise et, en Illinois, le cannabis est officiellement une alternative légale pour les patients se soignant aux opioïdes.

PUBLICITE

Le programme de Vancouver

Sarah Blyth, la présidente du programme, explique que l’initiative résulte d’entretiens avec des usagers d’opioïdes durant lesquels elle a observé l’urgence de la nécessité d’apporter une solution à ces personnes dans la détresse. « Ça leur permet d’avoir une alternative à la drogue qu’ils achètent dans la rue. C’est sans danger et ça peut réduire la douleur » explique Sarah. Les organisateurs ont collecté des donations de la part de patients inscrits au programme de cannabis médical légal de Santé Canada puis auprès de dispensaires du « marché gris ».

La clinique fournit aux toxicomanes du cannabis gratuit ou très peu cher ainsi que des huiles de cannabis et de CBD pour leur permettre de les substituer aux opioïdes. L’huile de CBD est réputée pour ses vertus anxiolytiques, analgésiques et anti-inflammatoires. Parallèlement, le programme propose de tester des échantillons de drogue pour déceler la présence de fentanyl, un puissant analgésique de synthèse 100 fois plus puissant que la morphine qui provoque des overdoses. Selon les organisateurs, le programme a été efficace : parmi les 100 personnes inscrites  depuis son commencement, au moins 50 % ont réduit leur consommation de drogues dures et 25 % ont carrément arrêté.

La guerre aux opioïdes

Alors que le cannabis était considéré par beaucoup comme une drogue passerelle vers les drogues dures, ici, le schéma est inversé, le cannabis est une passerelle vers la désintoxication. En 2017, 4 000 canadiens sont morts aux suites d’une overdose aux opioïdes. Parmi ces 4 000 morts, presque un tiers d’entre elles ont eu lieu en Colombie Britannique et 232 dans la simple ville de Vancouver. Les personnes qui ont recours à ces marchandises sont souvent des gens qui cherchent juste à soulager leur douleur et qui ont développé une addiction aux opioïdes à la suite de prescriptions médicales. Les autorités provinciales sont en train de poursuivre 40 compagnies pharmaceutiques pour des campagnes marketing mensongères qui présentaient les médicaments aux opioïdes comme moins addictifs que d’autres anti-douleurs.

Aux Etats-Unis, le fléau des opioïdes est encore plus prégnant et le cannabis est de plus en plus regardé comme une alternative possible à la prescription d’opioïdes, notamment dans les Etats ayant légalisé le cannabis médical. En Illinois, le gouverneur Bruce Rauner vient de signer une loi étendant le programme de cannabis médical, qui n’autorisait auparavant que certaines pathologies, pour le rendre accessible aux personnes sous prescription d’opioïdes.

Ces initiatives font sens au vu des résultats d’une recherche préliminaire conduite par l’université de Colombie Britannique. Dr Milloy, en charge de l’étude, explique : « il semble que la consommation de cannabis soit une sorte de stratégie de réduction des risques a priori pour les gens qui cherchent à contrôler ou à changer leur consommation d’autres drogues ». L’étude, qui va bientôt être publiée, suggère que les usagers d’opioïdes qui fument du cannabis une fois par jour sont moins susceptibles de faire une overdose. De tels résultats avaient déjà été trouvés avec l’alcool, une étude montrait que le cannabis pouvait contrebalancer ou au moins limiter certains effets néfastes de la consommation d’alcool. L’équipe de l’UBC va bientôt lancer des essais cliniques pour étayer ces découvertes avec des preuves scientifiques.

Suivez-nous sur Facebook !

Articles liés

Derniers articles

Brésil cannabis autoculture
Brésil : multiplication des recours en justice pour obtenir le droit à l’auto-culture de cannabis médical
cannabis
Plante ou médicaments : quel choix pour le cannabis thérapeutique ?
danemark cannabis médical
Danemark : le projet pilote de cannabis médical compte déjà plus de 2000 patients
crampes menstruelles cannabis
Des Etats américains envisagent d’élargir l’accès au cannabis médical aux femmes souffrant de crampes menstruelles sévères
jean costentin
Les petits arrangements avec la vérité de Jean Costentin
dabbing granny
Dabbing granny : une grand mère qui tient mieux la weed que toi

Laisser un commentaire