Suivez-nous

Coffeeshop Club Media

Publié

le

Coffeeshop Club Media

Le Coffeeshop Club Media est une petite pépite au sein du quartier « de Pijp » et situé non lui du fameux marché Albert Cuyp. Préparez-vous à y rester un moment : l’intérieur est convivial et propre, le menu riche en weed bio et en hash de qualité et les habitués du coffee sont souvent des gens du quartier. La musique est variée, pas trop forte et agréable, loin du cliché du coffee reggae.

PUBLICITE

Le personnel au comptoir est très sympathique. Il vous accueillera dans un mini-hall d’entrée, séparé du reste du coffee par une vitre. Ca ne laisse pour l’instant pas beaucoup de place pour être servi, et une file d’attente se forme parfois à l’extérieur du coffee. Mais ce n’est que pour mieux apprécier ensuite la qualité des produits proposés. Si vous avez une question sur le meilleur choix à faire selon vos goûts, n’hésitez pas à demander au comptoir, ils sauront vous répondre.

Menu du Coffeeshop Club Media

La qualité des produits est vraiment au rendez-vous et les prix y sont moins élevés que dans la plupart des coffees du centre d’Amsterdam, alors qu’il est à peine excentré (5 minutes à pieds de la Heineken Experience).

Côté weed, plusieurs Haze : Amnesia Haze (10€ le gramme), Super Silver Haze (11€), Champagne Haze (12,50€). Idem chez les Kush avec de la Blueberry Kush, de l’Hindu Kush et de la Kandy Kush. On notera aussi la présence de Casez Jones, de Pineapple (à tester, vraiment) et de 24K Gold.

Du côté des hash, on trouvera toutes les gammes de prix, avec des marocains  (l’Amnesia Super Polm, la tendance du moment), des népalais (Manala Cream bien sûr) et de l’Afghan. Pour les plus expérimentés, vous pourrez vous tourner vers du Pure Kush Hashish (17,5€ le gramme) ou le Strawberry x Banana (32,5€ le gramme), un produit d’exception. Quelques Ice-O-later également, de Super Skunk ou d’Hindu Kush.

PUBLICITE

Et c’est un peu pour tout ça qu’on place le Coffeeshop Club Media parmi nos coffeeshops préférés d’Amsterdam. Une ambiance relax et clean, un accueil chaleureux, des produits haut de gamme et des prix plus bas qu’ailleurs. Si vous êtes dans le coin, foncez ! Et si vous êtes un peu plus loin, faites le détour 🙂

Aurélien a créé Newsweed en 2015. Particulièrement intéressé par les régulations internationales et les différents marchés du cannabis, il a également une connaissance extensive de la plante et de ses utilisations.

Le Maroc sur la piste de la légalisation du cannabis

Publié

le

Légalisation du cannabis au Maroc

Le conseil de Tanger-Tétouan-Al Hoceïma, la région du Nord du Maroc, a approuvé début juillet la réalisation d’une étude sur les opportunités de cultiver du cannabis dans la région.

PUBLICITE

Le rapport sera confié à l’Institut scientifique de l’Université Mohammed V à Rabat, pour un coût avoisinant le million de dirhams (90 000€). Le ministère de l’Intérieur doit encore donner son feu vert avant le lancement de l’étude, qui s’attardera notamment sur les propriétés thérapeutiques et pharmacologiques du cannabis.

Selon les estimations de Prohibition Partners, le Maroc pourrait drainer 9 milliards d’euros de revenus de la culture du cannabis en cas de légalisation et de régulation du secteur. Le Maroc n’est bien sûr par le seul pays du continent africain intéressé par le cannabis : le Lesotho a commencé à produire du cannabis médical, tout comme le Zimbabwe. Et l’Afrique du Sud est en train de légaliser le cannabis pour les adultes.

80% de la production du cannabis au Maroc est actuellement destinée à l’export selon les chiffres de 2017. Les 20% restants sont réservés à la consommation locale. Entre 90000 et 140000 familles vivent de la culture et de la commercialisation du cannabis dans le nord du Maroc. La filière emploierait environ 800.000 personnes et représenterait 23% du PIB marocain.

Le chanvre connaît bien sûr d’autres utilisations qui intéressent également le Maroc : dans la construction, notamment l’isolation, pour les cosmétiques, la fabrication d’huiles, de litières, l’utilisation sous forme de combustibles, en papeterie, pour l’alimentation humaine et animale, les biocarburants ou encore comme matériaux composites en association avec des matières plastiques.

PUBLICITE

En 2015, des élus du Parti Authenticité et Modernité (PAM), parti de l’opposition, avaient déposé une proposition de loi pour légaliser le cannabis à usage industriel et thérapeutique. La proposition de loi n’a jamais été mise à l’ordre du jour du Parlement.

Continuer la lecture

Trending

Ne manquez aucune news, abonnez-vous à notre newsletter !

1 newsletter par semaine, pas de pub !

0