La Cour Suprême philippine ouvre l’enquête sur « la guerre contre la drogue » du président Duterte

duterte phillipine guerre contre la drogue

Le président philippin Rodrigo Duterte a engagé depuis sa prise de pouvoir en 2016 une véritable guerre contre la drogue qui a fait des dizaines de milliers de morts. Les organisations de défense des droits de l’homme au niveau national et international ont lancé l’alerte et parlent de crime contre l’humanité. Saisie dans le cadre de poursuites judiciaires, la Cour Suprême a ordonné la publication de documents de police concernant les exécutions de suspects. L’examen de ces document pourrait faire la lumière sur les cas d’exécutions extra-judiciaires.

PUBLICITE

La folie meurtrière du président philippin

Selon les chiffres officiels de la Philippine drug enforcement agency, plus de 5 000 personnes ont perdu la vie lors d’altercations avec les forces de l’ordre entre juillet 2016 et novembre 2018. Les statistiques officielles mentionnent également 164 265 arrestations dans le cadre de 115 435 opérations de lutte contre la drogue à travers le pays sur la même période. Néanmoins, ces chiffres sont largement sous-estimés selon les organisations de défense des droits de l’homme et de soutien aux victimes et à leur famille. Celles-ci estiment que la guerre contre la drogue aurait fait en réalité entre 12 000 et 20 000 victimes.

Les organisations civiles pointent du doigt les nombreuses exécutions non documentées par des milices non officielles. En juin 2018, Duterte avait annoncé vouloir armer les chefs de barangay, l’unité administrative la plus petite aux Phillipines. Il voulait offrir 42 000 armes à des civils. Il avait notamment avoué avoir tué des suspects lui-même alors qu’il était maire de Davao et appelait la population à en faire autant. Enfin, il soutenait l’abaissement de l’âge de la responsabilité criminelle à neuf ans (au lieu de 15) pour que les enfants impliqués dans le trafic de drogues soient systématiquement emprisonnés.

Paradoxalement, le président avait un temps déclaré qu’il soutiendrait les initiatives de légalisation du cannabis médical avant de se rétracter. Sa guerre contre la drogue continue de faire rage mais passe de moins en moins inaperçue. Fin 2018, une cour de justice locale a déclaré coupable trois officiers de police pour le meurtre d’un lycéen de 17 ans. Outre son caractère sanglant, elle a été largement critiquée pour son ciblage disproportionné sur les populations pauvres et son inefficacité contre le crime organisé. Les milliers de victimes ont conduit au dépôt de deux plaintes pour meurtre en masse auprès de la Cour criminelle internationale (CCI). En réaction, le président a récemment retiré les Philippines de la CCI.

La Cour Suprême saisie

La Cour Suprême a été saisie par deux groupes de défense des droits de l’homme : Free Legal Assistance Group et le Centre for International Law. Après avoir tenu des délibérations publiques, elle a ordonné que les rapports de police de la campagne antidrogue ainsi que la liste des victimes de raids policiers entre le 1er juillet 2016 et le 30 novembre 2017 soient remis aux organisations pour que leurs experts juridiques puissent les examiner. Le solliciteur général philippin Jose Calida s’est plié à la décision de la cour mais a condamné l’action des deux organisations civiles comme un effort pour saper la sécurité nationale et l’action des forces de l’ordre.

« C’est un grand pas pour la transparence et la responsabilité », explique Jose Manuel “Chel” Diokno qui dirige le groupe Free Legal Assistance. « C’est une déclaration catégorique de la Cour du pays qu’elle ne laissera pas la guerre contre la drogue bafouer l’Etat de droit. C’est une décision très importante », a ajouté Joel Butuyan, président du Centre for International Law. « Ces documents sont le premier pas vers une longue route pour la Justice pour les requérants et pour les milliers de victimes de « la guerre contre la drogue » et leur famille. La cour doit également se prononcer sur une initiative visant à faire déclarer la guerre contre la drogue anticonstitutionnelle.

Suivez-nous sur Facebook !

Articles liés

Derniers articles

Canada une deuxième licence de microculture de cannabis attribuée en Ontario
Canada : une deuxième licence de microculture de cannabis attribuée en Ontario
Etude certaines variétés de cannabis peuvent tuer les cellules cancéreuses
Etude : des concentrés de cannabis peuvent tuer les cellules cancéreuses
Cannabis médical en Allemagne
Allemagne : forte augmentation de l’import de cannabis médical en 2019
Vacances Weed-Friendly
Les meilleurs lieux de vacances weed-friendly
Nevada pas de cannabis lounges, mais une progression sur le territoire américain
Nevada : pas de cannabis lounges, et une lente progression sur le territoire américain
Le Northern Nights, premier festival où l'on peut consommer du cannabis
Le Northern Nights, premier festival où l’on peut (officiellement) acheter du cannabis

Laisser un commentaire